Lycée Georges Dumézil

Publié le21 mai 2019 » 1605 Views»

De l’éloquence avant toute chose

Les 8 finalistes et leurs professeurs sont formels : il n’y a jamais eu tant de solidarité entre élèves que lors du concours !

Les 8 finalistes et leurs professeurs sont formels : il n’y a jamais eu tant de solidarité entre élèves que lors du concours !

Un temps réservé aux grandes écoles, les concours d’éloquence fleurissent un peu partout en France. A Vernon, deux professeurs du lycée professionnel Dumézil ont entraîné leurs élèves dans cette aventure. Tous sont revenus transformés.

Faire une déclaration d’amour, ce n’est jamais facile. Et surtout pas devant une foule d’inconnus. C’est pourtant ce qu’ont réussi les huit finalistes du concours organisé à Dumézil avec pour thème « une déclaration d’amour à la France ». A l’origine du projet, deux professeurs de français, Mmes Berretta et Lebourgeois. Lors du cours sur « la parole en spectacle », elles joignent théorie et pratique avec quatre classes de Terminales. « Nos 90 élèves se sont prêtés à l’exercice et des personnalités se sont révélées », se réjouit Mme Berretta. Lors de la dernière manche, Enola, Charlie, Paul, Alia, Eléa, Lucie, Benjamin et Mamadou, doivent se produire seuls devant un jury composé notamment de Dominique Morin, maire-adjointe en charge de l’éducation et du proviseur-adjoint. Avec un texte de slam engagé, Benjamin rafle le 1er prix. « J’ai parlé de mon vécu, d’actualité, de Notre-Dame », raconte l’élève. Une prestation comparable, selon les jurés, à Grand Corps Malade et qui a « ému aux larmes » Mme Lebourgeois. Car l’émotion était présente, le stress aussi. « Je voulais vaincre ma timidité, c’était un challenge
», affirme Eléa, « après j’étais libérée ». Dernière à passer, Charlie était à deux doigts « de tomber dans les pommes », mais la confiance est vite revenue pour cette lycéenne qui envisage désormais de reprendre le théâtre. De son côté, Paul espère que ce concours « a contribué à casser certains clichés sur le lycée professionnel ». C’était, aussi, le but recherché : « nos élèves ont prouvé qu’ils avaient des idées et qu’ils étaient capables de les exprimer », assurent les deux enseignantes pour qui ce moment restera « un des plus beaux » de leur carrière.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire