2018, l’année de la renaissance

Publié le18 septembre 2018 » 776 Views»
Grands groupes industriels, élèves ingénieurs et petits ou moyennes entreprises cohabitent dorénavant au Campus de l’Espace.

Grands groupes industriels, élèves ingénieurs et petits ou moyennes entreprises cohabitent dorénavant au Campus de l’Espace.

Depuis plusieurs mois les projets fourmillent sur le site, qui est en passe de reconquérir sa gloire d’antan. Voire de la dépasser.

Repères Campus de l'Espace Vernon Direct 69Au Campus de l’Espace, la vie semble avoir repris. Des jeunes pique-niquent sur des tables en bois fraîchement installées tandis que d’autres jouent au foot sur un terrain qui, il y a quelques mois encore, était envahi de hautes herbes. « Nous avons refusé de laisser s’installer une friche » explique Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire et père du projet, « au contraire, nous avons choisi d’impulser un site dynamique et créateur d’emplois et de formations ». Ancienne base militaire, le site a longtemps abrité le Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) qui l’abandonnera progressivement entre 2008 et 2012, sous le mandat de l’ancienne équipe municipale. Racheté par la ville pour un euro symbolique en 2013, il abrite aujourd’hui plusieurs industries de pointe et, depuis le début du mois, une école d’ingénieurs : l’ITII Normandie.

Un coup de jeune à la rentrée

Les étudiants ont investi un bâtiments chargé d’histoire mais refait à neuf.

Les étudiants ont investi un bâtiments chargé d’histoire mais refait à neuf.

« L’installation d’environ 250 étudiants et de leurs formateurs est le point de départ de la renaissance du Campus » affirme Jérôme Taconnet, directeur des sociétés publiques locales (SPL) chargées de coordonner les projets d’aménagement du territoire de l’équipe municipale. Et pour bien accueillir ces jeunes, les petits plats ont été mis dans les grands. Pendant neuf mois, les ouvriers se sont affairés sur le bâtiment Brandt, qui accueille désormais les salles de classe à l’ambiance futuriste. Un chantier terminé à l’heure, le 19 juillet, pour un coût de 5 millions d’euros dont une moitié financée par la région Normandie, l’autre par l’Union des industries et métiers de la métallurgie. Afin de loger les élèves, des chambres et des studios ont été aménagés et des pavillons réhabilités. « Pour un budget avoisinant les 400 € tout est compris, il n’y a rien du tout à ajouter en plus, cela va des charges à l’internet, en passant par l’entretien des espaces verts ou la sécurité » décrit Jérôme Taconnet, « pour des étudiants c’est le rêve ». Mais s’ils n’ont pas envie d’utiliser leur cuisine flambant neuve, les élèves ingénieurs pourront toujours aller déjeuner au restaurant inter-entreprises tout juste inauguré. Pas de risque d’embonpoint pour autant, le terrain de football et celui de basket ont été rénovés, un boulodrome a même été construit pour l’occasion. Des infrastructures sportives qui ne sont pas réservées aux élèves comme le précise le directeur des SPL « tous ces équipements sont en plein air, donc accessibles à tous ».

Une synergie entre étudiants, start-ups et entreprises

Le Campus de l’Espace est désormais organisé en cluster, une association regroupant les organismes de formation, les collectivités et les entreprises. « Ce projet est unique en France » souligne le maire de Vernon François Ouzilleau, « il réunit sur un même lieu un campus sécurisé, des centres de compétences, des sites industriels et des moyens mutualisés ». Ariane, Safran, Sysnav, SKF, autant de prestigieux noms de l’aérospatiale et des high-tech qui ont fait le choix de s’y implanter. Mais la liste ne va pas s’arrêter là. Prochain invité : Cap Gemini, leader national en services du numérique, y installera, dès octobre, 30 de ses ingénieurs au sein du bâtiment H1, fraîchement réhabilité. Ce dernier aura également une autre vocation : « dans une partie du bâtiment nous mettons en place un hôtel d’entreprises avec 15 bureaux numérotés louables » dévoile Jérôme Taconnet, « pour environ 480 €/mois tout est inclus, des démarches administratives aux meubles, la personne n’a plus qu’à brancher son ordinateur portable ». Parmi les cibles, les jeunes start-ups qui bénéficieront de la présence physique d’un conseiller de la chambre de commerce et d’industrie normande. « Grâce à elles, nous compléterons le maillon intermédiaire entre les étudiants et les grandes entreprises » explique le directeur, « 80% des 15 bureaux sont déjà réservés ». La boucle est bouclée.

Le site plus vivant que jamais

Des installations sportives ouvertes à tous ont été rénovées.

Des installations sportives ouvertes à tous ont été rénovées.

Cette présence de tous les acteurs de l’innovation vise à faire du Campus de l’Espace un laboratoire et un lieu de démonstration des savoir-faire. Peut-être demain y verra-t-on des prototypes prêts à révolutionner notre quotidien, qui sait ? Mais François Ouzilleau nous ramène à la réalité tangible : « il y a encore trois mois, la vie reprenait petit à petit, à présent, la dynamique est clairement établie ». Aujourd’hui environ 70% des maisons sont habitées, contre 50% en janvier. Une renaissance qui rejaillit sur Vernon dont le Campus est une polarité. Ce cercle vertueux a bien l’intention de continuer. « Actuellement, nous avons 300 salariés et près de 250 étudiants » remarque le directeur des SPL, « c’est déjà plus de personnes qu’à la grande époque du LRBA ».

Plateaux de l’espace et soucoupes volantes

Plateaux de l’espace et soucoupes volantesGéré par le groupe Elior, le restaurant inter-entreprises du Campus n’a rien d’une cantine, si ce n’est les plateaux. Ici 80% des produits sont faits-maison, avec des produits frais provenant de 150 km aux alentours maximum. Derrière les fourneaux on trouve Stéphane Brennemanne, ancien de chez Erisay, passé par La Grande Epicerie de Paris et la maison Auzou à Evreux. « Nous faisons le menu nous-mêmes, ils ne sont pas reçus par ordinateur » se réjouit le chef cuisinier « je les programme sur 3 semaines à l’avance à partir de mes idées ». Situé dans l’ancien espace conférence du LRBA, entièrement réhabilité, le restaurant peut accueillir jusqu’à 400 couverts par jour. Il est réservé aux membres, c’est-à-dire aux employés de n’importe quelle entreprise ou collectivité enregistrée gratuitement auprès d’Elior. Le restaurant possède par ailleurs un espace VIP privatisable et permet de se faire livrer au bureau pendant la pause-déjeuner. Fermé le soir, il est néanmoins possible de commander des plats l’après-midi via une appli et d’aller les récupérer dans des frigos connectés. Dans une autre partie du bâtiment, un café nommé La Tisanerie ouvrira bientôt ses portes et proposera des boissons chaudes et des pâtisseries. Composée de quatre salariés, l’équipe du restaurant devrait bientôt s’étoffer, créant ainsi de nouveaux emplois locaux.

Micro-trottoir

Que pensez-vous de l’installation de l’ITII Normandie sur le Campus de l’Espace ?

Que pensez-vous de l’installation de l’ITII Normandie sur le Campus de l’Espace ?

Jordan, étudiant en 2e année, 21 ans

« Ça change totalement, ça donne beaucoup plus envie de travailler quand on est dans des bâtiments neufs. Ici tout a été pensé pour l’ITII, on a des salles avec de l’équipement technologique comme des bancs d’essai, des machines-outils ou des postes CAO à double-écrans. On avait un restaurant à Evreux et il n’était pas fameux, ici le resto Elior est bon et il y a beaucoup de diversité, j’ai été surpris. Je n’ai pas encore fait de soirée, mais de ce que j’ai compris, ceux qui vivent sur le campus arrivent à bien s’amuser. »

Florian,étudiant en 1re année, 20 ans

« Je ne connaissais pas ça auparavant car je viens d’Orléans et j’étudiais au milieu de la ville. Ici c’est sympa d’avoir un vrai campus, ça a plein d’avantages, c’est mieux que d’être perdu dans la ville. Et c’est plus intéressant pour nous en tant qu’apprentis. Ça peut nous apporter, car on apprend toujours plus en entreprises et rien que discuter avec les vieux mécaniciens peut être intéressant. »

Julie,étudiante en 1re année, 23 ans

« Au niveau des lieux de vie, c’est super ici. On a une salle de pause à notre disposition, ce qu’on n’avait pas avant, on y trouve le BDE, de quoi faire du cocooning ou travailler en groupes… C’est propice au travail et cela permet une bonne cohésion. Je n’ai pas encore eu le temps de tout visiter, mais le fait qu’il y ait un centre sportif c’est très bien. En plus je suis cavalière donc j’ai déjà pu aller voir le centre équestre qui est juste à côté. J’espère que tout ça va se développer afin d’attirer encore plus d’étudiants, on voit que c’est le début et je pense que notre venue va dynamiser le secteur. »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire