Cécile Agosta, Chercheuse en science du climat

Publié le13 juin 2023 » 662 Views»

 

La Rencontre Cécile Agosta Climatologue Entretien de Vernon Satellite Antarctique CVA

Les « Entretiens de Vernon » reviennent le 17 juin à 18h à l’hôtel de ville. Lors de cette 3e conférence, il sera question du rôle des observations satellite dans la compréhension de l’Antarctique.

Comment les satellites ont-ils révolutionné notre approche scientifique de l’Antarctique ?

Il faut tout d’abord dire que la recherche scientifique en Antarctique est récente. Les premières mesures météorologiques y ont été réalisées en 1957 seulement. Les satellites ont commencé à observer l’Antarctique en 1992. Grâce à eux, il était enfin possible de voir cet immense continent dans sa globalité, soit une surface de 5 000 kilomètres sur 5 000. Pour cela, nous utilisons des satellites scientifiques qui mesurent la gravité et l’altitude de l’Antarctique. Cela nous permet de savoir si des zones de ce continent s’élèvent ou s’abaissent.

Quelle est la problématique au cœur de ces observations ?

Pour nous climatologues, l’enjeu est de prévoir la hausse du niveau des mers. Contrairement à l’Arctique, les glaces de l’Antarctique ne fondent pas mais ruissellent. On peut prendre l’image de fleuves de glace qui se jetteraient dans l’océan. Auparavant, on pensait que ce phénomène était très lent et n’impactait pas le niveau des mers. Depuis les années 2010, et grâce aux satellites, on se rend compte que ce ruissellement s’est accéléré. Sur la dernière décennie, l’Antarctique est responsable de 20% de la hausse du niveau des océans. Il faut savoir que si toute la glace antarctique fondait, ce niveau augmenterait de 57 mètres !

A quoi cela est-il dû ?

Il y a deux phénomènes principaux : le trou dans la couche d’ozone et le réchauffement climatique. Les deux sont à la fois dus aux variations naturelles et aux activités humaines. Sur ce dernier point, notre laboratoire a participé à la rédaction du rapport du GIEC dont nous partageons les recommandations.

Partager cet article

Laisser un commentaire