Festival Normandie Impressionniste : Jusqu’au 30 juin, Giverny vogue sur une mer d’huile

Publié le28 mai 2024 » 118 Views»

 

Culture Musée des Impressionnismes Giverny MDIG Exposition L_impressionnisme et la mer Festival Normandie Impressionniste 2024

Avec « L’Impressionnisme et la mer », le musée des impressionnismes Giverny (MDIG) nous fait prendre le large à travers une centaine d’œuvres.

« Sans mauvais jeu de mots, le sujet peut sembler bateau », avertit d’emblée Cyrille Sciama, le directeur du MDIG, « et pourtant, il n’y a jamais eu qu’une seule exposition consacrée à l’impressionnisme et la mer, c’était aux Etats-Unis. » Depuis Impression, soleil levant (1872), la toile de Claude Monet qui fit école, l’histoire de l’impressionnisme semble liée aux flots. « Nous abordons ce sujet à travers six thématiques très peu développées auparavant, comme la vie des ports, l’industrie maritime, les tempêtes ou le goût de l’ailleurs », ajoute le directeur, également commissaire de l’exposition. Comme un retour aux sources d’un mouvement pictural révolutionnaire dont on célèbre les 150 ans ce printemps. Inaugurée fin mars, L’impressionnisme et la mer constitue l’un des temps forts de la 5e édition du festival Normandie Impressionniste, dont la programmation s’étend jusqu’à septembre avec plus d’une centaine de manifestations dans toute la région. Dès l’entrée de l’exposition, le visiteur est accueilli par le cri des mouettes et plusieurs toiles de précurseurs de l’impressionnisme. Camille Corot et l’école de Barbizon bien sûr, mais également Johan Jongkind et, surtout, Eugène Boudin (1824-1898), maître de Claude Monet qui fête son bicentenaire cette année. « Boudin est le premier artiste à avoir compris que la Normandie possédait cette lumière si particulière, nous avons la chance d’exposer 25 de ses œuvres. » Dans les salles suivantes, Pissarro, Signac ou Renoir s’attaquent au genre de la marine. Ces peintres impressionnistes observent l’océan depuis le littoral, s’intéressant aux vagues, aux équipages, aux estivants ou aux récents bateaux à vapeur. « Claude Monet peint la mer à s’en rendre fou, il est obsédé par l’eau mais ce qui l’intéresse d’abord, c’est le reflet de la lumière. » Se clôturant par L’Evasion de Rochefort d’Edouard Manet, l’exposition rappelle que la mer est avant tout symbole d’évasion et de liberté. Deux boussoles pour tous les artistes.

Partager cet article

Laisser un commentaire