Matthieu Carpentier |Maker solidaire

Publié le27 avril 2020 » 1406 Views»
Mes deux imprimantes 3D fonctionnent plus de 16 heures par jour et produisent 40 visières

Mes deux imprimantes 3D fonctionnent plus de 16 heures par jour et produisent 40 visières

Employé de Seine Normandie Agglomération et passionné de technologie, Matthieu Carpentier a mis son imprimante 3D au service des autres. Grâce à elle, il imprime chez lui des visières de protection en plastique pour en faire don aux soignants qui luttent contre le COVID-19.

Comment vous est venue l’idée de fabriquer des visières avec votre imprimante 3D ?

Je me suis retrouvé sans activité professionnelle à cause de la fermeture des écoles. Ayant reçu à mon anniversaire une imprimante 3D, j’ai commencé à créer de petits objets. Puis j’ai vu sur internet les fichiers des visières. J’ai essayé, sans succès, mais après quelques réglages, j’ai réussi à en fabriquer une qui ne me plaisait pas. J’ai rejoint le groupe national « Makers contre le COVID » sur le net et j’ai vu qu’il y avait des fichiers plus simples. J’ai essayé, et ça a marché ! Je suis arrivé à 10 visières en une journée. Je voulais les proposer aux soignants alors je me suis inscrit au groupe « Lutte contre le COVID département de l’Eure », depuis j’en suis devenu le deuxième administrateur.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ?

Vous devez d’abord récupérer un fichier STL sur internet. Vous le transférez sur votre ordinateur et, grâce à un logiciel slicer, vous le découpez et le transformez en G-code avec les configurations choisies. Copiez ensuite ce G-code sur une carte SD et insérez le dans l’imprimante : il n’y a plus qu’à imprimer ! Le temps d’impression varie selon les réglages, moi, je mets 1h24 pour faire deux visières. J’ai acquis une 2e imprimante 3D grâce à un don. Elles fonctionnent plus de 16 heures par jour en fabriquant 40 visières. Maintenant, avec ma compagne Cristelle, c’est chacun son joujou : une vraie entreprise familiale !

Après l’épidémie, souhaitez-vous continuer de mettre votre savoir-faire au service des autres ?

Oui, si je peux, je continuerai de transmettre mon savoir-faire. J’ai toujours aidé mon prochain, mes parents me l’ont appris. Je fais appel aux possesseurs d’imprimantes 3D : avec les bons réglages, même les débutants peuvent produire autant. N’hésitez pas, rejoignez les groupes web de makers locaux qui print pour le bien-être de tous !

Pour contacter Matthieu : par e-mailpar facebook

Partager cet article

Laisser un commentaire