Rue des Pontonniers |Un nouvel écrin pour Nada Chaussures

Publié le8 octobre 2019 » 297 Views»
L’implantation de Nada Chaussures permet de donner une seconde vie à une ancienne friche commerciale.

L’implantation de Nada Chaussures permet de donner une seconde vie à une ancienne friche commerciale.

La friche de l’ancien Ecomarché, rue des Pontonniers, n’est plus. A la place : des locaux flambants neufs qui abriteront, à terme, trois commerces. Le premier d’entre eux n’est autre que la boutique de Nada Courchinoux, installée auparavant rue du Soleil. Celle-ci a emménagé mercredi 2 octobre, et elle est ravie. « J’ai triplé ma surface de vente, je dispose désormais de 100 m² », se réjouit la commerçante. En dessinant elle-même les meubles et en travaillant l’éclairage, Mme. Courchinoux a misé sur l’élégance.

Spécialiste du pied sensible

C’est avec le même soin que Nada choisit ses collections. « Je privilégie les marques européennes, italiennes comme Vitulli ou Gioiello, espagnoles, allemandes ou françaises avec Fugitive », détaille-t-elle. Son critère principal ? Le confort. « Notre spécialité c’est le pied sensible », affirme la commerçante, « je propose jusqu’à 5 largeurs différentes et je regarde si les paires vont parfaitement aux clients ». Et il y en a pour tous les âges, de l’adolescent au senior, et pour toutes les bourses, les premiers prix débutant autour de 90€. Si le magasin reste majoritairement féminin, le déménagement a permis d’introduire une collection homme. « Pour les messieurs je propose principalement des chaussures anglaises de la marque Septronic », explique Mme Courchinoux, « leur largeur est généreuse et la voute plantaire est dessinée. »

La commerçante ne regrette pour rien au monde son ancien emplacement. « On me voit mieux ici, je suis dans le prolongement de la rue Saint-Jacques, à l’intersection de la rue Carnot », précise-t-elle, « je suis contente de participer à la redynamisation de la rue des Pontonniers ». D’ici la fin de l’année, elle aura deux voisins : Adel Electricité et Galapagos Informatique.

Partager cet article

Laisser un commentaire