Social : au chevet des plus fragiles

Publié le12 janvier 2021 » 91 Views»

Focus Politique Sociale Collecte Alimentaire Marchés Associations Caritatives Solidarité

VD113-focus-reperesLa France traverse une crise sanitaire dont les effets se font ressentir socialement. Parmi les plus touchées : les personnes précaires. Mais, à Vernon, elles peuvent compter sur l’ambitieuse politique sociale mise en place par la ville.

Les Vernonnais brillent par leur solidarité. En témoigne la vitalité du tissu associatif local qui apporte une aide aux personnes les plus défavorisées. « Notre politique sociale s’est toujours appuyée sur un partenariat de terrain avec les associations caritatives », rappelle le maire. Ainsi, une coordination dédiée à l’aide alimentaire d’urgence regroupe 7 d’entre elles et le centre communal d’action sociale (CCAS) via des réunions trimestrielles. Autour de la table : les Restos du Cœur, le Secours Populaire, Solidarité-Partage, l’AVAP, Jeunesse & Vie, la Société Saint-Vincent-de-Paul, le Panier Solidaire. Des rendez-vous pilotés par la mairie où sont évoqués des sujets concrets. En novembre, ce groupe de travail a notamment lancé l’opération de collecte des invendus du marché des Blanchères (voir photo). Mais le dispositif permet aussi aux associations d’exprimer leurs besoins. À l’image de l’AVAP, dont la rénovation des locaux s’achève pour un montant de 30 000 €. Car le soutien de la ville aux associations œuvrant pour la cohésion sociale est également financier, les subventions avoisinant les 164 000 € l’an passé. « Cette enveloppe pourrait être revue à la hausse en 2021 », ajoute le maire.

De nombreux points d’accès aux aides

Pour aider les plus fragiles, la mairie travaille étroitement avec le Département de l’Eure, chef de file de l’action sociale. Celui-ci anime 2 centres médico-sociaux à Vernon (10 rue de la Renaissance et 3 rue de l’Industrie) accueillant tous types de demandes, du RSA à l’aide d’urgence. « Une communication quotidienne entre les travailleurs sociaux permet un travail en bonne intelligence », se félicite le maire. Autre partenaire : Seine Normandie Agglomération via l’Espace Information Médiation, 10 rue des Grands-Renards. Ce lieu accompagne le public dans les démarches administratives et vient d’obtenir une double labellisation. La première, « Point Conseil Budget », délivrée par la Banque de France, reconnaît son rôle dans la prévention du surendettement : les foyers y trouvant des conseils sur la gestion des ressources. La seconde, « Espace France Services », souligne l’accès aux principales institutions de droits sociaux (CAF, sécurité sociale, retraites etc.) de façon dématérialisée. Autant de points d’accès encourageant les Vernonnais fragiles à demander de l’aide quand cela est nécessaire.

 

Yves Etienne3 questions à

Yves Etienne

Maire-adjoint en charge de la politique sociale, des seniors et de la famille

Au niveau social, quel est l’impact de la crise sanitaire à Vernon ?
Sur le terrain, les associations de solidarité nous font part de l’augmentation des demandes d’aides. Avec l’apparition de nouveaux profils : des retraités, des étudiants, ou des personnes ayant perdu un emploi précaire. Autant d’habitants qui peuvent bénéficier des aides de la ville, du Département ou de l’Etat.

Comment réagir quand on se retrouve en situation de précarité ?
Dès qu’une personne est en difficulté, elle doit se tourner vers les aides auxquelles elle a le droit. Souvent, elle n’ose pas demander et attend d’être au bord du précipice pour effectuer des démarches. C’est ce non-recours que nous souhaitons éviter. Aujourd’hui, Vernon dispose de 6 points d’accès pour trouver un accompagnement en cas de besoin : le CCAS, les 2 centres médico-sociaux du Département, l’Espace Information Médiation et les 2 centres sociaux (Pénitents et Simone Veil). Notons que les centres sociaux fournissent un accueil « simple et convivial » car on y trouve aussi des activités encourageant le lien social. Au-delà de la précarité, ils sont un bon remède contre l’isolement induit par la crise sanitaire.

Qu’est-ce qui fait la force de la politique sociale vernonnaise ?
Tout d’abord, l’agilité du CCAS qui est prêt à étudier toutes les demandes. Via sa commission de secours, il dispose d’une enveloppe annuelle de 60 000 € afin d’aider des Vernonnais en difficulté. Par ailleurs, la force de frappe commune de la mairie et des associations sur le terrain est remarquable. Rares sont les villes à être dotées d’une telle synergie. Les 6 points d’accès au droit permettent également de toucher tous les quartiers et toutes les populations fragiles.

Partager cet article

Laisser un commentaire