Un sport de tradition

Publié le3 février 2016 » 1215 Views»

La compagnie d’Arc de Vernon compte 50 archers. L’histoire et les traditions ne sont jamais loin à chacune de leur manifestation. Rencontre avec leur capitaine Deny Roger.

Vernon Direct : Qu’est-ce qu’une compagnie d’Arc?

Deny Roger : La compagnie d’Arc trouve son origine au Moyen-Âge. À l’époque de Jeanne d’Arc. À la base, les compagnies d’arc étaient constituées pour défendre la ville face à l’ennemi. Tout laisse à penser que la première compagnie d’arc de Vernon a existé aux alentours de 1450.
VD : Saint-Sébastien est votre patron, comment le fêtez-vous ?

DR : Fêter Saint-Sébastien est une tradition et nous respectons les traditions. La journée compte une compétition et le soir nous nous réunissons. C’est une façon de se rencontrer les uns les autres et aussi un signe d’appartenance.

VD : Quelles qualités sont nécessaires pour devenir archer ?

DR : Il n’y a pas de qualité physique particulière, ce n’est pas une contrainte. Nous adaptons le matériel à la morphologie. La puissance de la branche en dépend. Nous prêtons le matériel.

VD : Quelles compétences développe le tir à l’arc ?

DR : C’est un sport calme de visée et de concentration. On développe les qualités de concentration que l’on va améliorer au fil du temps. Le tir à l’arc est pour 80 % dans la tête avec un peu de technique. Cela apporte aussi une coordination oeil main et une belle maîtrise de soi. Il y a aussi un fair play, le respect des autres.

VD : Où se déroulent les entraînements ?

DR : En hiver, nous sommes dans la salle du gymnase Ariane. Dès les beaux jours, ils se déroulent dans le jardin d’arc en extérieur. Le jardin d’arc de Vernon est le seul de l’Eure. Il y en a seulement 5 en Normandie.

VD : Quand se déroulent les entraînements ?

DR : Il y a deux heures par semaine pour l’initiation et le perfectionnement. Les cours sont encadrés par des entraîneurs le mardi de 18h à 20h. Il y a aussi des entraînements libres le mercredi et le jeudi de 18h à 22h et le samedi de 14h30 à 18h.

VD : Quels sont vos effectifs ?

DR : Nous avons 50 adhérents. L’effectif est stabilisé depuis 4 ou 5 ans.

VD : Avez-vous des résultats au club ?

DR : Oui, au niveau des championnats de France. Francine Turpin est championne de France au tir en salle et au tir au Beursault. Francine Sarazin est 3ème au tir au Beursault au championnat de France. Nous avons pas mal de résultats départementaux et régionaux.

VD : Le club a-t-il des projets ?

DR : Nous avons toujours des projets. Sans projet, on recule. Le mur de tir du gymnase Ariane est un de nos projets assez vieux. Nous allons organiser le championnat de France de tir au Beursault en 2017. Nous essayons d’apporter du plus tant pour les archers que pour la ville. Nous sommes fiers de l’histoire de la ville. Nous avons aussi un projet balbutiant d’un échange franco-américain avec l’Oklahoma, on est seulement en contact. Nous voudrions aussi organiser le bouquet provincial. Une rencontre d’archers dont l’origine se situe au Moyen-Âge. Nous accueillerions 3000 archers et 350 compagnies. C’est un événement qui est inscrit au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco. Pour nous c’est un honneur de financer tout ou partie de nos installations. Nous avons financé la moitié du mur de tir.

Partager cet article

Laisser un commentaire