A la rencontre de vos sapeurs-pompiers

Publié le1 juin 2016 » 5343 Views»

Une journée avec les sapeurs-pompiers

Vernon accueille dimanche 19 juin le 108e congrès départemental à l’occasion de la Journée nationale des sapeurs-pompiers. Le thème de cette édition : les experts des risques. De nombreuses animations, démonstrations et manœuvres sont prévues.

porte lance

Deux sapeurs-pompiers de la caserne de Vernon, dans le rôle de porte-lance et double porte-lance, lors d’un exercice de simulation incendie.

Vitrine des sapeurs-pompiers, le congrès départemental se tient tous les deux ans. Vingt-six ans après l’avoir reçu, Vernon l’accueille à nouveau. « Il montre à la population toutes les facettes et les spécificités de notre métier de sapeur-pompier. L’humilité, l’altruisme et le don de soi sont les valeurs prépondérantes de notre métier », explique le Lieutenant Raoul Colet, chef du centre d’incendie et de secours de Vernon. « On espère toucher les citoyens et leur donner envie de nous rejoindre. Les sapeurs-pompiers sont très enthousiastes à l’idée de rencontrer le public. »

Douze stands composeront le village exposition. « Les tuyaux d’antan » exposeront d’ailleurs le matériel utilisé dans le passé.

Cinq équipes expertes du risque mises à l’honneur

Si les spécialités ne sont pas obligatoires. la majorité des soldats du feu en a une. Les missions principales restent le secours à la personne et la lutte contre l’incendie.

Lors de cette édition, cinq spécialités concernant les risques seront mises en avant. Le Grimp, groupe de recherche et d’intervention en milieu périlleux, est habilité aux interventions sur des immeubles très hauts où il peut être amené à évacuer des personnes. L’équipe de sauvetage animal, basée à Gisors, intervient en cas de danger en raison des nouveaux animaux exotiques comme les scorpions ou araignées.

Les équipes de sauvetage-déblaiement se déplacent en cas de risque d’effondrement, d’écroulement d’un immeuble, d’une explosion, d’un tremblement de terre ou pour des recherches de personnes sous des débris.

La cellule mobile d’intervention chimique est spécialisée dans les risques chimiques. Si ses véhicules sont situés aux Andelys et à Gaillon, les équipes sont réparties sur l’ensemble du département. Les équipes de plongeurs sont elles aussi dispersées.

Les pompiers-plongeurs sont des experts du milieu aquatique, si bien en lac qu’en rivières et sont habilités à rechercher des personnes disparues.

La caserne de Vernon

Le centre d’incendie et de secours de Vernon intervient sur les 12 communes environnantes. Il compte 26 sapeurs-pompiers professionnels et 47 volontaires. Les volontaires ont un quota d’heures à faire sur l’année.

À la caserne de Vernon, le lieutenant Raoul Colet leur demande trois nuits de garde, un samedi et un dimanche en journée par mois. Avant d’être opérationnels et prêts à partir sur le terrain, ils suivent 240 heures de formation.

La journée type Volontaires et professionnels réalisent les mêmes missions. Une journée type commence à 7h du matin et ne se termine que 10 heures plus tard. Au programme, affectations aux tâches du matin, vérification du matériel, séance de sport, manœuvres permettant le peaufinage des techniques, repas. Et rebelote l’après-midi, où les sapeurs-pompiers entretiennent les locaux, vérifient de façon plus spécifique leur matériel et les engins. Ils terminent la journée après une nouvelle séance d’entraînement.

En plus de ce programme déjà bien chargé, ils se tiennent prêts à partir en intervention. Les jeunes sapeurs-pompiers Les sapeurs-pompiers espèrent faire naître de nouvelles vocations à l’occasion de cette journée. Dès 14 ans, filles et garçons peuvent s’aguerrir à la fonction de sapeur-pompier le mercredi après-midi.

Ils apprennent à maîtriser tuyaux et lances, la théorie, effectuent des manœuvres et préparent leur condition physique. Ils sont amenés à participer à des événements départementaux et des épreuves techniques.

Hélicoptère sécurité civile

Manœuvre d’entraînement avec l’hélicoptère de sécurité civile.


 

Portrait

Le Caporal Édouard Duhamel : pompier sur terre et sous l’eau

DSC_0203

Sapeur-pompier, Édouard Duhamel participera au congrès départemental à Vernon. Rencontre avec ce professionnel qui a pour spécialité la plongée.

À 25 ans, le caporal Édouard Duhamel compte déjà cinq années d’expérience en tant que sapeur-pompier professionnel. Mais il a enfilé l’uniforme il y a bien plus longtemps. Douze années plus tôt, c’est avec plaisir qu’il rejoignait ses camarades des jeunes sapeurs-pompiers. « J’ai été bercé dans le milieu par ma famille. Mon père et mon grand-père étaient sapeurs-pompiers volontaires. »

C’est donc tout naturellement qu’il s’est porté volontaire à sa majorité. Puis il a décidé de vivre sa passion au quotidien en devenant professionnel, une grande fierté pour sa famille.

Sapeur-pompier et plongeur

Dimanche 19 juin, le caporal participera à son second congrès départemental, après celui de Pont-Audemer il y a deux ans. S’il n’avait jamais plongé avant d’embrasser la carrière de sapeur-pompier, Édouard Duhamel est désormais un spécialiste de la plongée. « J’aime le milieu aquatique. On doit s’adapter au courant en rivière. Mis à part l’été, la Seine offre très peu de visibilité. »

En plus des missions liées à sa fonction, il a pour spécialité les deux spécificités du sauvetage aquatique. Il fait partie du sauvetage aquatique de victimes dit SAV et intervient à la surface de l’eau pour des interventions rapides. Sa grande spécialité reste le sauvetage subaquatique.

Le scaphandrier autonome léger plonge avec un de ses homologues et un chef d’unité. « Nos missions consistent à effectuer des sauvetages et des assistances en milieu aquatique, on peut rechercher une personne disparue, venir en aide à quelqu’un dont le bateau a chaviré, enlever des obstacles immergés, effectuer des travaux subaquatiques, intervenir en cas de pollution de l’eau. La préfecture peut aussi nous réquisitionner pour une recherche de corps ou d’armes. »


 

23537327450_ca382e7915_o

Sébastien LECORNU
Président du SDIS de l’Eure

Vernon accueille le congrès départemental des sapeurs-pompiers pour la seconde fois de son histoire…

C’est une chance pour les Vernonnais. Je les invite à aller rencontrer les sapeurs-pompiers, les questionner sur leur métier, leur quotidien et les interventions qu’ils mènent. Ils exercent un métier difficile, qui leur demande de s’investir au quotidien.
En 2015, ils ont réalisé 40 872 interventions dans l’Eure, soit une toutes les 13 minutes ! Ils sont constamment confrontés à des situations très différentes les unes des autres, parfois imprévisibles et dangereuses.

Quel est l’objectif d’une telle journée ?

À ce jour, le Corps départemental compte 1858 sapeurs-pompiers volontaires. Ils représentent près de 87% des effectifs du département et sont tout autant importants que les professionnels. Ce congrès doit susciter de nouvelles vocations. Être pompier, c’est un don de soi, accepter d’être confronté à ces situations inhabituelles, porter de l’aide à autrui. En s’engageant, tous ont choisi de donner de leur temps et de leur personne.

Le Conseil départemental de l’Eure et le SDIS ont récemment opéré des mutualisations, en quoi consistent-elles ?

Nous avons recherché les doublons qu’il pouvait y avoir entre le Conseil départemental et le SDIS, que cela soit pour les ressources ou les missions. Nous mettons en commun nos compétences, regroupons nos agents, partageons nos savoir-faire et homogénéisons nos outils.


Le programme

DIMANCHE 19 JUIN
10h30- 11h30 : place du Vieux-René : Cérémonie officielle accompagnée par la société philharmonique de Vernon (La Philhar)

11h45 : place de la République : Inauguration officielle du village exposition (fin du village à 18h)

14h-18h : place de la République : Démonstrations et manoeuvres toutes les 30 minutes

14h : manœuvre de la Cellule mobile d’intervention chimique (CMIC, le risque Chimique)

14h30 : manœuvre de l’équipe de Sauvetage-déblaiement (SD, le risque effondrement) avec dégagement de victime

15h : manœuvre du Groupe de recherche et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP, le risque altitude) avec mise en place d’une tyrolienne

15h30 : manœuvre de l’Équipe de sauvetage animalier (ESA, le risque animal) avec un chien menaçant

16h : manœuvre de secours à personnes (risque courant) avec un accident de deux roues

16h30 : manœuvre incendie avec les jeunes sapeurs-pompiers (JSP)

17h : manœuvre sauvetage aquatique avec les équipes du sauvetage aquatique de victimes (SAV) et les scaphandrier autonome léger (SAL) à l’Esplanade Jean-Claude-Asphe

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire