Anna Filimonova, artiste-peintre : Ambassadrice de l’art russe

Publié le3 mai 2016 » 2462 Views»

DSCF6669_2

Peintre franco-russe, Anna Filimonova est née en 1967 à Saint-Pétersbourg. Elle a été formée dans sa ville natale, mais aussi à Paris. Elle est l’initiatrice du concours international de peinture grand format en plein air qui se tiendra les 17, 18 et 19 juin à Fourges et de l’exposition de peintres russes au château de Bizy jusqu’au 20 juin.

Vernon Direct : Vous êtes peintre professionnelle depuis des années, quelle a été votre formation ?

Anna Filimonova : J’ai été orientée très jeune vers une école d’art puis une école de beaux-arts à Saint-Pétersbourg, avec une formation où la peinture en plein air était très présente.

VD : Pourquoi avoir décidé de poursuivre votre formation en France ?

AF : J’ai eu une bourse du gouvernement français. Mais la France était une évidence pour moi. Je parlais déjà français quand je suis arrivée. J’ai commencé à apprendre cette langue à l’âge de 7 ans, à l’école. Puis j’ai suivi des cours de français que mes parents me payaient quand j’étais en école d’art. Je venais pour suivre un cursus à l’École du Louvre. Il faut dire qu’à Saint-Pétersbourg j’avais passé un diplôme de guide conférencier pour faire visiter ma ville aux touristes français. Dès mon arrivée en France, j’ai donc fait mon tour de France en me rendant chez mes anciens touristes. Ensuite j’ai fait des études d’histoire de l’art à la Sorbonne et un master sur la philosophie de l’art. J’avais besoin d’appréhender l’art contemporain après la formation très classique que j’avais eue.

VD : Comment êtes-vous arrivée en Normandie ?

AF : Par hasard. Je suis arrivée à un moment où j’appréciais la nature, les fleurs, l’eau, l’aspect théâtral et les paysages normands. Ce qui m’attire le plus ici c’est le côté rural et bucolique. J’apprécie aussi la proximité de Paris. Autant de forces que de faiblesses pour ce territoire.

VD : Comment est née l’idée du concours international grand format de Fourges ?

AF : Le grand format est une idée de Denis Régnier (ndlr : ancien maire de Fourges, décédé subitement durant son mandat). Je suis tombée en arrêt devant le moulin de Fourges. Dès 2013, le succès a été au rendez-vous. De 20 peintres la première année on est arrivé à 100 participants et on en refuse. En 2016, le concours est labellisé par l’UNESCO et inscrit sur Normandie Impressionniste.Le thème 2016 est le portrait au sens large. Il y aura une délégation de peintres de Vernon, un candidat est envoyé par le domaine Marino en Russie. En 2015, il y avait 12 nationalités représentées à ce concours.

VD : Quel est le thème de l’exposition de tableaux que vous organisez au château de Bizy ?

AF : Nous avons souhaité montrer les paysages de parcs et jardins russes et français. Il sont peints par des peintres russes. Cette exposition a déjà été montrée au château de Villandry. La mécène de cette exposition est Galina Stepanova, propriétaire du domaine Marino proche de Saint-Pétersbourg.

VD : Des peintres français vont-ils exposer à Saint-Pétersbourg ?

AF : Du 27 avril au 8 mai, une exposition des peintres ayant participé au concours de Fourges l’année dernière a lieu au musée municipal de Saint-Pétersbourg. Cette exposition est intitulée « Fenêtre sur la France : Format Normandie ».

Exposition des paysages de parcs et jardins russes et français au château de Bizy jusqu’au 20 juin

Partager cet article

Laisser un commentaire