Gaël Musquet ressuscite une technologie et un général

Publié le11 janvier 2022 » 118 Views»

Sciences & Histoire

20220105_171326

En réparant une « cage de Faraday » sur le Campus de l’Espace, le hacker citoyen dote Vernon d’une technologie très rare. Et plonge dans son histoire.

Les amateurs d’espionnage peuvent déclencher le code « Tempest ». Un terme militaire qui désigne le plus haut niveau de protection contre les ondes éléctromagnétiques. C’était celui de la cage de Faraday construite par les militaires au LRBA, aujourd’hui Campus de l’Espace. « Il s’agit d’une pièce de 40 m² complètement blindée et hermétique aux ondes éléctromagnétiques », raconte Gaël Musquet, « elle abritait alors un ordinateur programmant les têtes nucléaires françaises. » Mais après le départ de l’armée en 2008, la cage est abandonnée. C’était sans compter sur Gäel. Son entreprise, Altrnativ Radio, a financé 20 000 € de travaux afin de remettre l’équipement en état. « L’intérêt de cette technologie est double. La cage permet d’isoler un appareil de son environnement pour ne pas qu’il soit perturbé par les autres ondes, comme celles des téléphones, de la radio ou des GPS. Mais aussi d’utiliser un appareil sans qu’il perturbe son environnement.» Par sa taille et sa qualité, la cage de Faraday vernonnaise est très rare. Et à même d’attirer des entreprises ou des agences de l’Etat qui souhaiteraient la louer. « Cette réhabilitation fait perdurer la vocation du site et renforce son attractivité. Faire revivre cette cage, c’est conjuguer l’histoire de Vernon et son avenir. »

En ressuscitant cet équipement, Gaël Musquet convoque également sa propre histoire. Et celle de Gustave Ferrié (1868-1932). C’est du nom de ce général, polytechnicien et centralien, que la cage de Faraday a été rebaptisée. En 1902, celui-ci dirige une opération aux Antilles après l’éruption volcanique de la Montagne Pelée et ses 30 000 morts. « Ce grand scientifique a établi la première liaison télégraphique sans fil entre la Martinique et la Guadeloupe pour aider les populations. En tant qu’ultramarin passionné de radio, travaillant sur la résilience face aux catastrophes, je lui dois énormément ! » La cage rouvrira dans les semaines qui viennent. Mais elle recèle déjà bien des souvenirs.

Partager cet article

Laisser un commentaire