Aladji Bâ – Champion paralympique

Publié le3 mai 2022 » 786 Views»

20220422_173137

Sprinteur non-voyant, spécialisé dans le 200 et 400m, Aladji Bâ a participé aux jeux paralympiques de 2000, 2004 et 2008. En avril, il est intervenu auprès d’élèves vernonnais.

Comment êtes-vous devenu athlète ?

J’ai découvert l’athlétisme en cours de sport à 9 ans. Une personne de la fédération de handisport, sélectionneur pour l’équipe de France, m’a repéré et j’ai intégré un club. A partir de là, j’ai totalement réappris à courir. L’idée reçue veut qu’un aveugle ne court pas car c’est dangereux. Je courais penché en arrière parce que j’avais peur de tomber, j’ai donc dû retravailler toute ma technique ! Je me suis accroché pour prouver qu’un handicapé pouvait aussi courir. Au début mes parents étaient contre, ils avaient peur, il faut dire que le handisport n’était pas très connu à l’époque. Désormais j’ai pris ma retraite et, depuis 25 ans, je vais dans tous les milieux pour sensibiliser le public sur ce sujet.

De quelles façons pratique-t-on le sprint en tant non-voyant ?

On court avec un athlète valide qui nous guide, relié à lui par une cordelette. Le guide doit être un peu meilleur que le malvoyant car il est obligé d’avoir environ 2 secondes d’avance. C’est une relation de confiance très importante, pendant la compétition on passe tout notre temps ensemble ! Lors de la course, c’est la cordelette qui donne les indications, on utilise la voix que pour les urgences.

Sensibiliser les jeunes au handicap dans le sport, c’est important ?

Oui, je leur parle de paralympisme et les enfants ont toujours des questions, ils sont très curieux. Je leur dis qu’il n’y a pas de question bête. Ce que j’espère, c’est que l’engouement pour les Jeux Paralympiques reste identique après les JOP de 2024. Paris n’est pas une fin en soi, il faut qu’on continue à parler du handicap dans le sport !

 

Partager cet article

Laisser un commentaire