Avec Thomas Pesquet, demain, la Lune

Publié le25 janvier 2017 » 1085 Views»

Alors que les grands industriels s’installent sur le plateau de l’Espace afin de relever les défis de la future fusée Ariane-6 et de la propulsion des satellites de demain, le Normand Thomas Pesquet concrétise toutes les avancées cosmiques réalisées à ce jour par les Européens, les Russes, les Américains et les Japonais. Il s’est même offert une sortie dans le cosmos.

L'astronaute français Thomas Pesquet lors de sa préparation avant sa sortie extra-véhiculaire.

L’astronaute français Thomas Pesquet lors de sa préparation avant sa sortie extra-véhiculaire.

L’astronaute Normand se souviendra longtemps de sa première sortie dans l’espace. Le 13 janvier, en compagnie de l’Américain Shane Kimbrough, l’actuel commandant de la station spatiale internationale, Thomas Pesquet a enfilé ses équipements de spationaute dans le cadre d’une opération de maintenance visant à installer de nouvelles batteries pour une sortie de près de 7 heures. Cette sortie fait de Thomas Pesquet le 11e européen à effectuer une sortie dans l’espace. Il est aussi le second français, après Philippe Perrin, à effectuer une sortie extra-véhiculaire à bord de l’ISS.

Faire progresser la Science

En tournant autour de la Terre à 400 km d’altitude et à la vitesse prodigieuse de 27 000 km/h, Thomas Pesquet poursuit sa mission de six mois à bord de la station spatiale internationale (ISS). Afin de faire progresser la Science dans un milieu d’apesanteur, le Normand réalise des centaines d’expériences scientifiques indispensables et impossibles à réaliser sur Terre pour mieux comprendre par exemple la fonte des muscles des spationautes en mission cosmique longue durée, ou comment lutter contre les bouleversements du système cardio-vasculaire en microgravité.

Il va même étudier une surface résistante aux bactéries pour éviter la propagation des maladies dans des lieux très fréquentés et tester un échographe miniaturisé pouvant être piloté à grande distance.

Ces expériences doivent, sur le long terme, ouvrir davantage encore les portes de l’exploration interplanétaire et permettre à l’Humanité de se lancer à l’assaut des planètes. Car nous retournerons sur la Lune et irons sur Mars dans les prochaines décennies.

Suivre Thomas Pesquet sur son Flickr

Partager cet article

Laisser un commentaire