CH Eure-Seine : 26 millions d’euros investis    

Publié le17 octobre 2023 » 478 Views»

 

Focus Centre Hospitalier CH Eure Seine Administration Provisoire Finances Investissements Urgences EHPAD-3

Face à une situation financière dégradée, le centre hospitalier (CH) Eure-Seine a été placé sous administration provisoire en mai dernier. Aujourd’hui, l’hôpital de Vernon-Evreux se porte mieux et se prépare à plusieurs défis.

VD169-focus-reperes

Naître, vivre et se soigner à Vernon. Voilà ce que permet l’hôpital Saint-Louis, l’un des deux sites du CH Eure-Seine. « Au printemps dernier, le centre hospitalier cumulait un déficit de 20 millions d’euros, en partie dû à la pandémie et à l’inflation », raconte Martin Trelcat. Afin de redresser la barre, ce professionnel, directeur du groupement hospitalier du Havre, était alors mandaté par l’agence régionale de santé (ARS) Normandie en tant qu’administrateur provisoire. A ses côtés, Sylvaine Ducout, directrice du centre hospitalier de Château-Thierry (02). « Notre premier rôle a été de faire repartir la machine dans un climat apaisé, ensuite est venu le temps de l’analyse et des réflexions », détaille-t-il. Cet audit a débouché sur un plan d’actions constitué de six axes et 50 mesures concrètes. « Parmi celles-ci, nous avons acté la rationalisation des dépenses logistiques, une facturation plus exhaustive des prestations et une meilleure efficience au niveau des ressources humaines. » Ces pistes d’amélioration devraient porter leurs fruits dans les mois qui viennent. « Les signaux sont très positifs même s’il faut laisser un peu de temps au centre hospitalier », tient à souligner Thomas Deroche, directeur général de l’ARS Normandie, « le CH Eure-Seine a toujours une forte attractivité et continue de rayonner sur l’ensemble du Département ». Et même au-delà, l’établissement venant de signer une convention d’association avec le CHU de Rouen. Dans les semaines qui viennent, l’hôpital connaîtra le nom de son nouveau directeur et quittera ainsi le régime de l’administration provisoire.

Des urgences et un EHPAD réhabilités

Conserver son attractivité constitue un des principaux challenges du centre hospitalier. A Vernon, d’importants investissements sont ainsi prévus, à l’image du second scanner mis en fonctionnement il y a un mois. « L’an prochain, c’est un TEP scan (tomographie par émission de positons) qui accueillera ses premiers patients », se réjouit M. Trelcat. Deux autres dossiers d’envergure sont sur la table : la réhabilitation du service des urgences et la rénovation et l’extension de l’EHPAD Auguste Ridou. Le premier mobilise 6 millions d’euros, l’autre 20 millions. Attendus depuis plus de 10 ans, les travaux aux urgences permettront une prise en charge des patients plus rapide et plus efficace. L’EHPAD rénové et agrandi permettra, quant à lui, de faire face au défi de la dépendance. Le tout sans quitter Vernon.

FO-perm20233 QUESTIONS A

François Ouzilleau

Maire de Vernon

Président du conseil
de surveillance du CH Eure-Seine

A l’heure actuelle, l’hôpital de Vernon est-il menacé d’une quelconque manière ?

Absolument pas. Même s’il y a eu des difficultés financières, on ne gère pas un hôpital public comme une entreprise. Ces derniers temps, il y a eu des attitudes malveillantes à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôpital mais les six mois d’administration provisoire ont apporté un réel soulagement. Nous repartons sur une gestion efficiente avec une sanctuarisation du budget des soignants et le non-remplacement de certains départs à la retraite. Cela permettra d’éviter les coupes sèches et n’impactera pas la qualité des soins.

Est-on bien soigné à Vernon ?

Il faut savoir que, dans le domaine de la santé publique, la situation financière d’un établissement et la qualité des soins ne sont pas corrélées. J’en veux, pour preuve, la certification « qualité des soins confirmée » délivrée en septembre par la Haute Autorité de Santé (HAS). Nous avons obtenu le niveau « vert clair », avec plus de 90 % de réussite sur les 79 critères et nous avons loupé de peu la mention maximale « verte foncée » ! Certains hôpitaux publics ou privés à Louviers ou Evreux ne peuvent pas en dire de même.

Quels sont les grands défis qui attendent le site vernonnais du CH ?

Le premier est la réhabilitation tant attendue des urgences. Avec 25 000 passages l’an dernier, les locaux ne sont plus du tout adaptés aujourd’hui. Ce chantier, prévu pour 2024, vise à libérer 250 m² afin de créer un vrai parcours de soin. Cette nouvelle gestion des flux permettra de diminuer le temps d’attente des patients. L’autre projet d’envergure est l’extension et la rénovation de l’EHPAD Auguste Ridou. Nous avons fait le choix de garder son emplacement mais c’est un établissement à la pointe qui ouvrira ses portes en 2027. Le projet médico-soignant est actuellement en pleine élaboration et intègrera la télémédecine, la stimulation multisensorielle Snoezelen ou encore des espaces de convivialité et de services.

Partager cet article

Laisser un commentaire