Hennadiy Skrypko |Sculpteur

Publié le19 septembre 2023 » 511 Views»

 

La Rencontre Hennadiy Skrypko sculpteur sur pierre

Ukrainien, Hennadiy Skrypko a exercé le métier de sculpteur sur pierre pendant plus de 40 ans à Lviv. Installé à Vernon depuis 2022, il souhaite y poursuivre sa carrière.

 Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai commencé la sculpture juste après mon service militaire, quand l’Ukraine faisait encore partie de l’URSS. A l’époque, on travaillait en usine ! A l’indépendance, j’ai monté mon entreprise. Le gros de mon travail consistait en la réalisation de monuments funéraires. A Lviv, dans l’ouest catholique de l’Ukraine, c’est très important d’avoir une belle tombe qu’on fait construire de son vivant. Les gens dépensent beaucoup pour ça et les cimetières sont de vrais musées. Par exemple, on me commandait des anges à sculpter pour décorer les stèles. Mais je suis également graveur, tant pour les inscriptions que pour les dessins sur la pierre. J’ai beaucoup travaillé avec la mairie de Lviv aussi, pour réaliser des monuments ou des plaques commémoratives. A titre d’exemple, j’ai gravé les noms de 700 tombes militaires.

 Comment êtes-vous arrivé à Vernon ?

Quand la Russie a envahi l’Ukraine, j’ai conduit ma fille et mes deux petites-filles en France pour qu’elles soient en sécurité. Je suis arrivé à Vernon par hasard, et j’ai adoré ! Ma fille et ses enfants sont reparties mais moi, a 63 ans, j’ai décidé de rester. Tout me plaît ici, surtout la beauté de la ville et de la nature. A mon arrivée, j’ai travaillé pour TERH dans les carrières. J’ai appris à me servir de nouvelles technologies et à tailler la pierre de Vernon. C’est un calcaire très tendre, bien plus simple à travailler que le granit et le marbre.

 Quels sont vos projets ici ?

Aujourd’hui je suis autoentrepreneur et ouvert aux demandes ! Je peux sculpter un monument funéraire, une statue, réaliser ou restaurer des gravures sur une pierre tombale ou une plaque.

∅ Pour contacter Hennadiy : graveur27200@gmail.com

Partager cet article

Laisser un commentaire