La rencontre : Bruno Créus, architecte

Publié le19 décembre 2018 » 138 Views»

Deux projets architecturaux ambitieux à Fieschi

Bruno-Creus

En 2016, Bruno Créus a fait l’acquisition du cabinet d’architecture vernonnais AACD dans lequel il emploie 11 personnes. Aujourd’hui, il nous parle des projets qu’il dirige dans le nouvel éco-quartier Fieschi mais aussi de sa vision de la ville.

Parlez-nous de votre parcours …

J’ai étudié à l’ENSA de Normandie à Darnétal et durant mes études, je me suis associé pour exercer à Evreux en 1999, avec 3 confrères et 20 collaborateurs. L’histoire a fait que, quelques années plus tard, je me suis séparé de mes associés et je me suis retrouvé isolé dans ce cabinet où j’emploie toujours 4 salariés. A Vernon, je connaissais François Decrette et Yves Carpentier et, très vite, la similitude de nos modes d’exercices a rendu cette reprise évidente. J’ai conservé le sigle AACD par amitié envers eux.

 

Quels sont les projets que vous menez à Vernon ?

J’en ai deux au sein de la ZAC Fieschi. La reconstruction du collège César Lemaître, édifice public institutionnel, que nous avons souhaité simple de lecture : un wagon pédagogique en liaison entre la voie ferrée et la ZAC. La peau de cet édifice reprend l’expression industrielle des rames ferroviaires déclinées en bronze. La proue du corps de bâtiment s’exposera en jardin suspendu cadré sur l’éco-quartier Fieschi. Il s’inscrit dans la trame paysagère de l’éco-quartier et répond au développement durable : consommation énergétique faible, panneaux solaires… Son accès sera facile avec un système de desserte efficace. L’autre projet « Les Allées Viretii » concerne la réhabilitation des deux bâtiments de la cour d’honneur, Avenay et Lens, avec une cinquantaine de logement chacun. Il s’agit d’un exercice d’humilité, la démarche architecturale consiste à rendre les interventions extérieures les plus discrètes possibles afin de laisser les bâtiments « dans leur jus ». Ainsi, les balcons ont été ajoutés dans la légèreté, comme posés à flanc de façade et l’attique se substitue en retrait à la  couverture totalement remplacée. Finalement, la plus importante contribution se trouve à l’intérieur, où les logements atteignent la qualité thermique et acoustique d’aujourd’hui.

Quelle vision avez-vous de l’urbanisme Vernonnais ?

Ce qui m’a marqué est l’implication de la mairie dans l’urbanisme de la Ville. Sébastien Lecornu et François Ouzilleau y
sont très sensibles et agissent en ciblant leurs efforts. Il me semble avoir identifié une première logique consistant à privilégier les réhabilitations en centre-ville et les constructions en secteur ciblé. Bien évidemment, la tâche est  omplexifiée par ce qui caractérise Vernon : une large couronne d’habitats individuels extrêmement qualitatif mais très consommateur de foncier. L’urbanisme de Vernon s’articulera probablement sur les modalités de densification de l’hyper-centre qui font d’ores et déjà l’objet de consultation citoyenne.

Partager cet article

Laisser un commentaire