La rencontre : Magalie Tempez & Eric Germain écopaysagistes et jardiniers

Publié le2 avril 2019 » 1501 Views»

Chaque dimanche, à partir du 31 mars, les bénévoles sont les bienvenus !

La réhabilitation du Couvent des Capucins en un tiers-lieu, baptisé La Manufacture, prend forme petit à petit. Première étape : la ferme-jardin, à l’extérieur, dont le projet sera présenté à la population lors d’une journée de rencontres et d’ateliers le 5 mai, avant l’inauguration du 23 juin. Rencontre avec les concepteurs de ce projet pédagogique et vertueux.

 

PHOTO-2019-03-31-19-58-57

À QUOI RESSEMBLERA LE JARDIN DES CAPUCINS ?
Eric Germain : À un jardin local, non-ornemental, nourricier et vertueux sur le plan écologique, pédagogique et social. Nous le souhaitons convivial, avec une grande table au centre, à côté d’un gingko. C’est un terrain de 5000 m² avec un alignement de tilleuls. Sous ces arbres il y aura un herbage où des animaux pourront paître. À proximité, une mare et des ruches. Pour s’y promener, il y aura une traverse entre la mare et un verger de pommiers normands, de framboisiers et cassissiers. Ce chemin nous mènera au potager, collé à un mur, où se trouveront le poulailler, une  petite serre et la cabane des jardiniers.

 

QUEL EST LE BUT DE CE JARDIN ?
Magalie Tempez : Recréer un écosystème avec du végétal, de l’animal et du nourricier, notamment grâce à la permaculture. On va recréer du sol vivant en associant des choses vertueuses, les animaux ensemenceront le sol par exemple. Il y a une dimension pédagogique pour tous les publics avec des ateliers de semis ou de bouturage. L’idée est de partager les savoir-faire et de donner envie à tous de cultiver son jardin. Eric Germain : Ce sera aussi un lieu de promenade, le square d’aujourd’hui, celui qui a une utilité. C’est une façon de voir différemment l’espace public car il est ouvert et nourricier. C’est inhabituel. Il sera également une source d’émerveillement permettant de capter la sensibilité, de faire du bien.

 

DE QUELLE FAÇON SERA-T-IL UTILE ?
Magalie Tempez : Les matières premières récoltées pourront servir lors d’ateliers cuisine ou bien à récompenser les coups de main. Il faut penser circulaire : encourager chacun à développer une autonomie alimentaire en cultivant ses légumes et, ainsi, réduire sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur. En cela, le jardin participe à l’évolution du territoire de SNA. La Manufacture est un projet d’intérêt général basé sur les 7 piliers de la transition écologique, dont l’autonomie alimentaire.

 

Plus d’infos : facebook.com/
LaManufactureDesCapucins/

Partager cet article

Laisser un commentaire