La rencontre : Michel Debully, artiste peintre

Publié le14 novembre 2018 » 82 Views»

Le projet Rosarium Vernon : 235 œuvres originales à découvrir sur www.rosarium-vernon27.com

Installé dans son atelier de Giverny, Michel Debully est un amoureux de la lumière et des couleurs pures que l’on retrouve dans ses toiles abstraites. La rosace de la collégiale de Vernon l’a inspiré pour une série d’œuvres dont la vente aidera à rénover le monument.

 

Debully

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J’ai passé mon enfance à Vernon et j’ai démarré la peinture très jeune, après avoir rencontré des artistes locaux, en tant qu’autodidacte. Quand j’avais une vingtaine d’années j’ai fait une formation de graphiste et j’ai longtemps travaillé dans la publicité à Paris. En parallèle j’ai toujours peint et cela fait plus de 3 ans que j’ai mon atelier à Giverny.

Comment peut-on décrire votre art ?
Auparavant j’ai fait de la peinture figurative sous mon vrai nom, Michel Cribelier. Mais je pense que l’art est une aventure, qu’il faut toujours innover. Ainsi, dans les années 80, je me suis intéressé à la décomposition de la lumière. J’ai alors découvert une loi naturelle : seules 4 couleurs permettent de recréer la lumière : le jaune, le rouge vermillon, les bleus cobalt et outremer. Cette théorie est difficile à appliquer en peinture figurative, j’ai donc décidé de le faire dans l’abstraction géométrique. J’ai alors créé un logiciel qui me permet de jouer avec la transparence, les couleurs etc. Je repeins ensuite le résultat mais je propose aussi des œuvres uniques imprimées en sérigraphie.

Pourquoi vous mobilisez-vous pour la collégiale ?
Je suis attaché à celle-ci car dans ma jeunesse j’y allais souvent et j’aimais voir la projection du soleil à travers les vitraux qui dessinait des formes abstraites. C’était presque prémonitoire. Ces vitraux sont en verre transparent et de couleurs pures, le lieu résonne donc avec mon travail. Pour ce projet, appelé Rosarium Vernon, j’ai redessiné la forme de la rosace et, avec l’aide du logiciel, j’ai créé 235 œuvres originales. Je les vends surs 3 supports différents : en estampe 42×42 imprimée sur papier d’art numérotée de 1 à 8, en impression sur toile à tirage unique (80×80 ou 100×100) ou en subligraphie sur aluminium à tirage unique (50×50 ou 70×70). A chaque fois, 70% de la vente revient à la Fondation Vernon Patrimoine et est déductible des impôts.

Partager cet article

Laisser un commentaire