Le futur poumon vert de la ville

Publié le19 mars 2019 » 1191 Views»
Avec ses 30 000 m², le parc de la fonderie sera un vaste espace ouvert sur la ville et le fleuve, réinscrivant Vernon dans son axe historique : la Seine.

Avec ses 30 000 m², le parc de la fonderie sera un vaste espace ouvert sur la ville et le fleuve, réinscrivant Vernon dans son axe historique : la Seine.

Reconversion des dernières friches

Fonderie-papeterie : un poumon vert en bord de seine

Si la reconversion de la caserne Fieschi avance à grand pas, avec la construction prochaine du nouveau collège, le site de la fonderie-papeterie n’est pas en reste. Dès 2021, celui-ci abritera un parc et un cinéma.

Mémoires d’une ville et de ses travailleurs, les friches industrielles font partie de l’histoire. Mais ces bâtiments désaffectés sont, souvent, difficiles à reconvertir. Pourtant, à Vernon, deux sites sont sur le point de renaître : l’ancienne fonderie et l’ancienne papeterie, respectivement fermées en 1999 et 2006. Situées en bord de Seine, le long de l’avenue de Rouen, ces friches se font face, abandonnées lors des deux précédents mandats, ayant survécu à 15 ans sans projet. Dès la publication de Vernon Mérite Mieux, l’équipe municipale s’est engagée à les transformer en un parc urbain ouvert sur la ville (proposition n°63). « En 2019, ce site concentrera tous nos efforts afin de présenter un projet d’aménagement global qui fera le lien avec la finalisation de Fieschi », a tenu à rappeler le maire, François Ouzilleau, lors de la cérémonie des vœux en janvier.

Le poumon vert de Vernon

Prolongement du réaménagement des berges de Seine, achevé en 2018, le parc sera un pôle d’attractivité le long du fleuve, tel un pendant de Giverny.

Prolongement du réaménagement des berges de Seine, achevé en 2018, le parc sera un pôle d’attractivité le long du fleuve, tel un pendant de Giverny.

En début de mandat, le site fait l’objet d’une dépollution industrielle et de la démolition des bâtiments en briques de la fonderie. En complément, l’idée du parc permettra d’installer des plantes qui contribuent naturellement à la dépollution des sols. Une exigence environnementale qui en croise une autre : préserver la végétation des berges de Seine. Corridor biologique régional, ce « site magique », selon les mots du maire, abrite une flore qui lui est propre et sert de refuge aux oiseaux migrateurs. Tout un écosystème que le parc de la fonderie entend valoriser.

Un parc, deux jardins

Le parc urbain se divisera en deux jardins, l’un sec, l’autre humide. Le premier, situé sur l’ancienne dalle de béton, est qualifié de résilient car il accompagne le retour de la nature sur la friche. Espace labyrinthique, les passages mèneront vers des lieux de repos et à une aire de jeux pour enfants au milieu de bosquets, dont le rôle sera aussi la dépollution. Le second laissera pleinement sa place à la nature avec un paysage évoluant selon les saisons. Ce « jardin altéré » réintroduira le cycle de l’eau en ville. En effet, cette prairie, où l’on cheminera sur des passerelles, permettra de récolter les eaux de pluie et de réduire ainsi le niveau des crues de la Seine. Dominant ces deux espaces, le Grand Seuil, le long du boulevard, permettra de les admirer depuis un large ruban surélevé.

Des commerces et un cinéma

Lieu à vivre accessible en vélo par le boulevard urbain et les berges de Seine, le parc urbain sera également composé de deux esplanades. La première, débouchant sur le fleuve sera dédiée à l’organisation d’événements. La seconde, où des bâtiments de la friche seront réhabilités, abritera plusieurs commerces ainsi que le nouveau cinéma (lire ci-contre). L’aménagement du site, acquis par l’Établissement Public Foncier de Normandie pour le compte de la ville, a été confié à la société d’économie mixte EAD. Le 29 mars, l’opération sera proposée au vote du conseil municipal pour un démarrage des travaux en 2020.

Un cinéma multiplex dans un écrin de verdure

Un cinéma multiplex dans un écrin de verdure

Le nouveau cinéma de Vernon ouvrira ses portes en 2021, en même temps que le parc de la fonderie où il sera situé. Un engagement déjà formulé dans Vernon Mérite Mieux (proposition n°96). La ville sera enfin dotée d’un cinéma multiplex grâce à la persévérance de l’équipe municipale. En effet, jusqu’ici, la plupart des grands groupes ne souhaitaient pas investir à Vernon pour des questions d’attractivité et de rentabilité. Ce cinéma moderne sera installé dans un des bâtiments industriels réhabilités où se trouveront également des commerces. Il sera facilement accessible par la route et proche de l’axe Vernon-Rouen. Ainsi, son attractivité dépassera les limites mêmes de la ville. Afin d’accueillir les spectateurs, deux parkings paysagers (jusqu’à 300 véhicules) seront aménagés à côté du parc. « Un cinéma, dans les villes de taille moyenne, est essentiel pour des questions de pôle de centralité », souligne Sébastien Lecornu, ministre en charge des collectivités territoriales, « tous les habitants des communes alentour en bénéficient ». Vernon se lance dans un projet ambitieux et moderne. Quant à l’ancien cinéma, situé place de Paris, il fermera à l’ouverture du nouveau mais pourrait connaitre une deuxième vie associative et culturelle.

Le collège César Lemaître déménage à Fieschi

Devenue un éco-quartier prometteur, l’ancienne friche de la caserne va bientôt accueillir des centaines de jeunes. En effet, dès la rentrée 2020, c’est là que se dressera le nouveau collège César Lemaître.

Devenue un éco-quartier prometteur, l’ancienne friche de la caserne va bientôt accueillir des centaines de jeunes. En effet, dès la rentrée 2020, c’est là que se dressera le nouveau collège César Lemaître.

« Un wagon pédagogique », voilà comment l’architecte Bruno Créus, du cabinet vernonnais AACD, décrit son projet de nouveau collège César Lemaître. Après un rapide coup d’œil à l’illustration 3D qui présente le futur site, l’expression devient claire. Construit près de la voie ferrée qui longe l’éco-quartier Fieschi, sa forme évoque, de fait, un train un brin futuriste. Car le bâtiment sera moderne tant dans son style, ses grands volumes aux lignes épurées, que dans sa conception. Cette dernière est issue des principes de la Haute Qualité Environnementale et Bioclimatique qui inclut, notamment, des matériaux écologiques, la récupération des eaux de pluie et une part d’énergie solaire. Autant de caractéristiques qui respectent le label éco-quartier de Fieschi, dont la trame paysagère est partagée avec le futur établissement. A noter la présence d’un balcon suspendu et végétalisé qui permettra aux élèves d’admirer le lieu. « Cet équipement complète parfaitement l’aménagement de Fieschi », se réjouit le maire de Vernon, François Ouzilleau. D’ailleurs, la ville participera à sa construction en finançant les travaux de voirie nécessaires à la réalisation d’une desserte sécurisée devant l’entrée de l’établissement. Elle permettra de réguler les différents flux de cars scolaires et de voitures.

Des élèves deux fois plus nombreux

Le nouveau collège César Lemaître accueillera 600 élèves dans des conditions optimales. De rigoureuses normes d’accessibilité seront appliquées dans la totalité du collège pour permettre l’accès aux personnes à mobilité réduite. Pour garantir la sécurité des élèves, un système de vidéo-protection sera également installé. Par ailleurs, en concertation avec les enseignants, un plateau sportif et des salles d’activités vont être créés au sein de l’établissement.
Souhaitant mettre un terme aux problématiques rencontrées par les élèves et professeurs du collège, actuellement situé rue Saint-Lazare, Sébastien Lecornu et Catherine Delalande ont porté ce projet dès leur élection au conseil départemental de l’Eure. En effet, avec un effectif de 374 jeunes, César Lemaître commence à être trop étroit et les locaux ont vieilli. Il devient donc urgent de le relocaliser dans ce nouveau quartier résolument tourné vers l’avenir. Comme les collégiens.

Partager cet article

Laisser un commentaire