Rouliane – Rappeur

Publié le11 juillet 2023 » 1151 Views»

Remarqué lors de la Fête de la Musique, le rappeur vernonnais vient de sortir son 4e album, « Apophtegme », disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Déjà un 4e album à 20 ans, vous avez commencé tôt ?

Je fais de la musique depuis petit, j’ai commencé la batterie à 5 ans. Vers 10 ans, je suis entré en contact avec le rap grâce aux clips de Maître Gims ou Black M. Quand j’étais au collège, Jul a percé. J’entendais beaucoup de critiques alors j’ai écouté. Pour moi, ça a été un déclic. C’est un gars simple, parti de rien. J’ai toujours aimé écrire, le rap mêle musique et texte donc c’était pour moi. A l’époque, je composais sur ma PS4 et je m’enregistrais avec un casque de gaming. C’était la galère ! Au lycée j’ai investi, mais tout est toujours fait dans ma chambre, j’aime cette indépendance. Apophtegme contient 27 titres, je suis productif, c’est finalement la seule chose que je garde de Jul.

« Apophtegme », ça veut dire quoi ?

C’est une parole qui a valeur de maxime. J’aime ce genre de mots. Aznavour disait que la langue française est très riche mais qu’on utilise toujours les mêmes termes ! Pour moi, c’est important que l’auditeur apprenne quelque chose. Apophtegme condense mes réflexions sur la vie. C’est un album sombre, inspiré par la drill, le style de Gazo ou Freeze Corleone. Je voulais faire un disque cru avec un maximum de « kicks ». Pour moi, un rappeur doit savoir manier tous les styles. C’est important d’être ouvert. D’ailleurs, j’écoute de tout et c’est ce que je recommande aux jeunes.

Comment se porte la scène rap à Vernon ?

Nous sommes quelques-uns. On se retrouve souvent au Studio municipal pour les mic sessions du vendredi soir. Emmanuel nous encourage, il a récemment organisé un concert 100% rap à la salle Jacques Brel. Ce n’est peut-être pas la région parisienne ici, mais il y a du rap partout en France !

Partager cet article

Laisser un commentaire