Sécurité à Vernon : Un droit pour tous

Publié le27 mars 2018 » 309 Views»
Les multiples acteurs du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) veillent et agissent au quotidien pour assurer la sécurité et la sûreté des habitants.- pages 6 à 8 -

Les multiples acteurs du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) veillent et agissent au quotidien pour assurer la sécurité et la sûreté des habitants.

Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) en formation plénière, s’est tenu fin février. Avec un cap : la sécurité pour tous les Vernonnais.

La sécurité à Vernon repose sur une coopération étroite entre de nombreux acteurs : préfecture, conseil départemental, polices nationale et municipale, assistante sociale, Éducation nationale…

A Vernon, la politique de sécurité est une priorité et elle a ainsi été placée au plus près de l’exécutif municipal. Le maire a demandé en 2015 à un cabinet spécialisé d’accompagner la municipalité dans la durée pour porter ce projet (voir encadré). Et des groupes de travail extrêmement opérationnels ont été créés autour des acteurs du territoire.

Du procureur au préfet, du maire à l’éducation nationale, de la police aux pompiers en passant par les transports publics, les acteurs de l’habitat ou des loisirs, les commerces ou les associations, tous se sont rassemblés fin février en mairie au sein du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Avec un seul et même objectif : prendre chacun une part active à l’application des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance sous l’impulsion du maire qui en assure la présidence.

Dans le viseur, les incivilités, la délinquance, les trafics, les violences intrafamiliales ou à celles faites aux femmes ou bien encore la lutte contre l’islamisme radical.

Une approche globale

La sécurité à Vernon repose sur une coopération étroite entre de nombreux acteurs : préfecture, conseil départemental, polices nationale et municipale, assistante sociale, Éducation nationale…Pour mener à bien cette mission délicate, la mairie a fait appel au cabinet spécialisé ERM (Espace Risk Management). En conseillant la mise en place de groupes de travail, ces experts ont encouragé l’ensemble des acteurs à adopter une approche globale pour se former et se sensibiliser à détecter les incivilités ou la délinquance au plus tôt.

« Les groupes de travail œuvrent pour préserver les libertés individuelles et obtiennent des résultats très encourageants », commente la sous-préfète Anne Frackowiak-Jacobs. « À Vernon, la collaboration entre les services de l’État et la mairie est très efficace : comme par exemple le fait d’avoir une assistante sociale auprès du commissariat ou un délégué à la cohésion police population reconnu et identifié. J’ajoute que la collaboration est aussi très simple mais fructueuse entre les deux polices (nationale et municipale) sur le terrain ».

« La sécurité est une priorité de Vernon, c’est une demande qui ressort des conseils de quartiers », abonde pour sa part le maire. « Tous les acteurs travaillent dans une confiance réciproque, échangent leurs informations, favorisent la transversalité. Les liens n’ont jamais été aussi resserrés : il en résulte une meilleure organisation et une meilleure efficacité. La présence d’un délégué à la cohésion police-population (Le DCPP Dominique Garcia – portrait à lire dans Vernon Direct 58) permet le déminage en amont de situations conflictuelles. La police municipale et la police nationale se concertent régulièrement et conduisent des opérations mutualisées ».

Des moyens techniques et humains à la hauteur

Le maire a également profité du CLSPD pour souligner un principe auquel il est très attaché : « La sécurité est un droit pour tous, il n’y a pas d’endroit dans cette ville où les caméras de surveillance seront interdites. Là où l’actualité de la délinquance l’exige, nous placerons des caméras mobiles. Une personne qui n’a rien à se reprocher n’a rien à craindre », a insisté François Ouzilleau. « Nous aurons plus d’une trentaine de caméras de vidéo protection fin 2018, 50 en fin de mandat ». Des caméras de surveillance qui permettent de mieux anticiper, de réagir rapidement et ainsi d’améliorer encore la sécurité de la ville.

A ces mesures techniques s’ajoute un volet humain : pour assurer la sécurité de tous ses concitoyens, le maire a consenti un réel effort en faveur de la police municipale : « Nous lui avons donné les moyens financiers, matériels et humains de faire leur métier. Il y avait un réel délabrement en 2014. Ils sont à présent une dizaine d’agents. Une convention existe entre la police municipale et la police nationale qui débouche entre autres sur une interopérabilité entre leurs réseaux », détaille François Ouzilleau. « Fin mars, les policiers seront aussi armés et auront suivi la formation adéquate. J’ai également demandé une vigilance particulière sur la sécurité routière et la police municipale a déjà effectué des retraits de permis. Enfin, un bateau a également été acheté pour les interventions sur la Seine, notamment pour sécuriser les festivités ».

Et les résultats se sont vite fait sentir. Les chiffres parlent d’eux-mêmes (voir infographie) et le président du CLSPD peut à juste titre se réjouir. « Je suis très satisfait de la manière dont ça se passe, les groupes de travail qui se réunissent régulièrement apportent d’excellents résultats.
Mais l’effort doit durer, nous ne devons pas faiblir ».

« Ilotages »

A la rencontre des quartiers prioritaires

« Ilotages » A la rencontre des quartiers prioritaires

A Vernon, la mairie conduit depuis fin 2017 une expérience unique : une équipe de quatre personnes se déplace régulièrement dans les quartiers prioritaires de la ville pour échanger avec les habitants.

L’équipe associe des personnes originaires de différentes institutions : mairie, agglomération, conseil départemental… Et sa composition peut bien entendu évoluer. Jérôme Grenier, vice-président de l’agglomération en charge de la politique de la ville témoigne :

« Les « îlotages » se font à différents moments de la journée ou de la semaine pour un total de 15 heures par semaine aujourd’hui et jusqu’à 35h à terme. Ces rencontres permettent de ressentir les souhaits ou les besoins des habitants, de déterminer les actions à mettre en place et de détecter les problèmes éventuels en amont ». Les premiers retours sont très positifs et débouchent sur des actions concrètes. Comme par exemple le chantier jeunes qui a permis le rafraîchissement du city-stade des Boutardes avec en « récompense » la livraison d’un appareil de fitness. Ou bien encore l’opération de nettoyage aux Valmeux début mars pendant une semaine. Prochain chantier jeunes de ce type : une opération en forêt de Bizy sur le parcours sportif au mois d’avril. « Elle rassemblera 11 jeunes », poursuit l’élu. « Les actions menées par cette équipe peuvent faire retrouver à certains le chemin de l’éducation ou même d’un métier ! »

3 questions à… Claude-Jean Calvet

Auteur de l’audit sur la sécurité et la prévention de la délinquance à Vernon et pilote des groupes de travail.

Auteur de l’audit sur la sécurité et la prévention de la délinquance à Vernon et pilote des groupes de travail.

Président d’ERM (Espace Risk Management) qui accompagne depuis 26 ans l’État et plus de 200 collectivités sur les sujets de prévention de la délinquance et de la radicalisation.

La sécurité passe par du concret et de l’opérationnel sur le terrain.

Quelles sont les bonnes stratégies à tenir en termes de sécurité des biens et des personnes ?

Dans les stratégies nationales, départementales ou locales, ce qui est important, c’est la lecture transversale des problématiques. Faire sauter toutes les barrières entre les acteurs : forces de sécurité comme police nationale, police municipale, services de la ville, services de l’agglomération, conseil départemental, associations, chefs d’établissements scolaires, associations de commerçants…

Comment a commencé la coopération avec la ville de Vernon ?

Le cabinet ERM accompagne la ville depuis trois ans sur la politique de prévention et de sécurité. Il a réalisé un audit sur ces sujets en 2015 et anime notamment les groupes de travail au fil du temps depuis cette date après avoir rédigé le document portant « stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance ».

Qu’avez-vous mis en place à Vernon après cet audit ?

Toute l’originalité de la démarche de Vernon, ce sont les groupes de travail thématiques réduits et efficaces, rassemblant les bonnes personnes. Il n’y a pas seulement une action policière et judiciaire, mais une approche globale des problématiques liées à la sécurité, avec en amont un travail sur la prévention en lien notamment avec l’Éducation Nationale et les équipes du Conseil départemental. Il faut du concret et de l’opérationnel sur le terrain et ce, dans la durée. La présence sur le terrain de médiateurs est par exemple essentielle pour mieux anticiper les problèmes de sécurité (voir l’encadré ilotages). Le secret, c’est le partenariat et la confiance entre les partenaires, avec en amont un travail sur la prévention de la délinquance et de la radicalisation.

Partager cet article

Laisser un commentaire