Tapisserie L’Irrévérence : L’étoffe d’un grand

Publié le17 mai 2018 » 2760 Views»
Ne lui demandez pas de vous délivrer un cours de tapisserie. Matthieu Mongin préfère garder ses petits secrets !

Ne lui demandez pas de vous délivrer un cours de tapisserie. Matthieu Mongin préfère garder ses petits secrets !

D’un rouleau de tissu, il crée l’élégance. Rencontre, dans son repaire baptisé « L’irrévérence », avec le tapissier décorateur Matthieu Mongin…

Son futur professionnel était-il cousu de fil blanc ? Contaminé par une famille d’artistes (graveur, sculpteur, modiste…), Matthieu Mongin se découvre, tout petit, une passion pour le tissu. Diplômé, en 2003, de la prestigieuse école Boulle, cet ex-stagiaire au Mobilier national ne caresse, dès lors, qu’un objectif : « perpétuer le savoir-faire ancestral des tapissiers » !

C’est à Vernon, en 2008, que l’artisan décide de tisser sa toile. « Un choix stratégique mais aussi familial  : mes parents sont de Freneuse ! ». Dans son showroom-atelier alibabesque où percent couleurs gaies et chatoyantes, le trentenaire réfectionne fauteuils et petits canapés. « J’adore redonner vie aux meubles de famille, qui se transmettent entre générations ! ». Outre confectionner des rideaux, celui qui aime « mettre en valeur et soigner les finitions » vend aussi des tissus, papiers peints -dont Casamance en exclusivité- et de la tringlerie. « Des pièces de qualité ! »

Du chic forcément assujetti à une facture choc ? « Pas forcément ! Les tarifs sont un peu plus élevés sur des tissus confectionnés par des studios de création. Et je délivre un conseil ! », appuie le tapissier qui lutte contre la concurrence, moins scrupuleuse et qualitative, de la grande distribution. «  Ici, c’est du sur-mesure, un travail personnalisé. La tendance ? Il faut se la créer soi-même ! » Son rêve ? « Faire de la décoration d’intérieur, en mêlant le contemporain au savoir-faire du tapissier. »

En voilà un qui ne fera jamais tapisserie !

Partager cet article

Laisser un commentaire