VERNON EN 2069

Publié le2 juillet 2019 » 46 Views»

la chronique du passé par l’Agence de Tourisme Temporel Vernonnaise

la chronique du passé	par l'Agence de Tourisme Temporel Vernonnaise

Délaissant pour une fois le « c’était mieux avant », nous avons expérimenté pour vous le « ce sera mieux demain ».

Nicolas Deschamps et moi-même avons réglé la machine temporelle pour un bond de cinquante ans vers le futur, un voyage de prospection destiné à ajouter le Vernon de 2069 à notre catalogue d’excursions. En débarquant, la première chose qui frappe est la présence de nombreux commerces dynamiques et variés en centre-ville. Nous sommes rapidement attirés par la vitrine d’une boulangerie où s’étalent des bonbecs aux matières, couleurs et goûts encore inconnus de nos papilles. La robe de la boulangère est taillée dans un tissu vidéo aux teintes et motifs mouvants. Elle nous apprend que toutes les enseignes de la grande distribution à Saint-Marcel ont fait faillite dans les années 2030 suite à la désaffection des Vernonnais; leur lassitude provenait d’une prise de conscience citoyenne, doublée d’une habile politique locale d’incitation au commerce de proximité.

D’autre part, les touristes viennent désormais à Vernon pour visiter la ville, et non plus en simple correspondance pour Giverny, village où la plupart ne se rendent même pas. Depuis le temps, ils le connaissent sous toutes ses coutures. Il faut dire qu’un procédé technique extraordinaire permet à chacun de faire varier l’aspect des façades des rues de Vernon, rendant aux bâtiments les visages successifs qu’ils ont connus au cours des siècles.

En longeant les tilleuls de l’avenue Gambetta, rebaptisée avec pertinence « avenue Alexandre Révérend », nous arrivons place de la République où une magnifique pelouse a remplacé bitume et voitures. Le kiosque est ainsi devenu le véritable nombril de ce vaste espace sur lequel s’allongent lycéens, badauds et familles. Un indétectable parking souterrain de cinq niveaux, creusé dessous, a définitivement résolu les problèmes de stationnement et permis au centre-ville de devenir entièrement piétonnier.
Malheureusement, contraints de devoir repartir précipitamment vers notre époque, nous n’avons pas le temps de demander quel maire de Vernon a été l’artisan d’autant de belles et sages décisions.

Partager cet article

Laisser un commentaire