Vernon|capitale électroacoustique

Publié le15 novembre 2022 » 73 Views»

 

UNE VD 151

Du 18 au 22 novembre, Vernon accueille les 20e Journées Nationales de la Musique Electroacoustique (JNME), un événement d’ampleur qui fait la part belle aux expérimentations sonores. Un programme gratuit et ouvert à tous sans réservation.

Pendant 4 jours, les sorciers du son s’installent à l’Espace Philippe-Auguste pour vous faire découvrir la musique électroacoustique. « Il s’agit d’une musique de création et de recherche avec les moyens du studio : tables de mixage, micros, haut-parleurs et logiciels », explique Thomas Collin, professeur au conservatoire de Vernon. Il y anime une classe de musique électroacoustique et peut se targuer d’être le seul en Normandie. « Il n’existe qu’une quarantaine de cours en France pour quelques centaines d’étudiants, Vernon est une des rares villes de taille moyenne où la musique électroacoustique est enseignée. » Et c’est son entregent qui permet à notre commune d’accueillir la grand-messe annuelle des électroacousticiens. « Les JNME sont un festival itinérant dont le but est de faire découvrir au grand public ce genre de musique mais également de favoriser les rencontres entre artistes via un stage d’interprétation. » Et pour organiser cet événement, qui se déroule d’ordinaire dans des grandes villes, la municipalité verse une subvention tandis que Seine Normandie Agglomération (SNA) fournit la salle et la technique.

Une sorte de cinéma sonore

« Les curieux vont, par exemple, pouvoir découvrir des concerts de haut-parleurs au sein du grand auditorium », se réjouit Thomas Collin. Car l’idée sous-jacente des JNME est de démocratiser ce style pointu fondé par Pierre Schaeffer et dont les grands noms sont Stockhausen ou Pierre Henry. « Il s’agit d’une musique faite pour voyager, une sorte de cinéma sonore », poursuit l’enseignant. Dans ces compositions abstraites, tout son peut être enregistré, modifié par les machines et restitué en musique. « Dans ma classe, j’ai une trentaine d’élèves, de 10 à 60 ans, qui apprécient la liberté de création totale que permet la musique électroacoustique. » Dans la salle de classe remplie de synthétiseurs analogiques vintage et d’ordinateurs, les étudiants s’amusent par exemple à enregistrer le son d’une bille tournant dans un saladier en fer. « On se sent un peu démiurge à jouer comme ça avec le son, c’est une musique toujours surprenante, il faut venir l’écouter en concert. » Et pour mieux comprendre l’histoire de la musique électroacoustique, les JNME convient le public à plusieurs conférences, complémentaires des performances live.

Programme

Vendredi 18.11

  • 20h30 : concert de musique acousmatique par Rocío Cano Valiño et Christine Groult (auditorium)

Samedi 19.11

  • 17h : « Musiques Numériques », conférence par Guillaume Kosmicki (salle Vikings)
  • 20h30 : concert de musique électroacoustique par Eryck Abecassis et ErikM (auditorium)

Lundi 21.11

  • 10h et 14h : « Vox », théâtre musical et sonore par la compagnie La Balbutie (salle Vikings)
  • 14h : « Modulaire et musique électroacoustique. Retours d’expérience », conférence par Christine Webster (salle Vikings)
  • 18h30 et 20h : concert des étudiants (auditorium)

Mardi 22.11

  • 9h30 : atelier « systèmes immersifs » avec Quentin Nivromont (salle Vikings)
  • 12h15 : concert de musique mixte par l’Ensemble Fabrique Nomade (auditorium)
  • 14h : table ronde « Les droits culturels et la pédagogie du numérique » (salle Vikings)
  • 16h30 et 18h : concerts des étudiants (auditorium)
Partager cet article

Laisser un commentaire