Vernon écologiste et solidaire

Publié le23 juin 2020 » 670 Views»

Tribune de Vernon Direct – N°122

Le saviez-vous ? 75 % des habitants de quartiers classés politiques de la ville ne bénéficient pas de plus de 50 m2 d’espaces verts . Or, pour un cadre de vie durable, un volontarisme politique doit aussi se coupler avec plus d’intelligence collective. C’est peut-être une découverte pour certains d’entre nous mais bon nombre de vernonnais n’ont pas la chance d’avoir un jardin. Aux Valmeux, Aux Boutardes, les pavillons ne sont pas légions. Alors, tout projet a ses défauts, mais qu’il nous soit permis de saluer la volonté municipale de rendre les quais de Seine à nos concitoyens, de permettre à nouveau le dialogue entre Vernon et son fleuve et surtout le partage, de sites naturels, aménagés, accessibles au plus grand nombre que sont les berges de Seine réhabilitées, le quai Caméré rénové et demain le parc de la Fonderie. Ces sites sont autant d’espaces pour ceux qui sont dans l’impasse, d’horizon pour ceux qui n’ont que le béton comme perspective et la définition de ce que doit être l’écologie : non pas le dogmatisme mais l’humanisme. Oui, Il faut que l’ensemble des acteurs des politiques urbaines se mettent à travailler ensemble. Aujourd’hui nous le constatons encore, l’entre soi prime sur la mixité, alors que l’ouverture sur la ville est l’un des pivots du développement territorial dans les quartiers prioritaires. La politique de la ville ne peut fonctionner qu’à partir du moment où elle est pensée dans sa globalité. Créer un pont entre les Valmeux et la Seine en est l’exemple.

Lorine Balikci

Partager cet article

Laisser un commentaire