Vernon Ville Ariane|une galaxie d’événements

Publié le1 juin 2021 » 529 Views»

Ces prochains mois, Vernon tutoie les étoiles. Grâce à une série d’animations, les habitants pourront en savoir davantage sur l’espace. De quoi affirmer l’identité spatiale de la ville avant la présidence de la Communauté des Villes Ariane en 2023.

Une VD 122« Je suis prêt pour les questions, over ». Malgré quelques parasites, la liaison radio est claire. Et la voix qui résonne dans la classe de l’école Pierre Bonnard n’est autre que celle de Thomas Pesquet. Contacté par l’entremise du lycée Jean Moulin des Andelys, l’astronaute normand se prête au jeu des questions-réponses sous les yeux ébahis des élèves de la « classe espace » de cette école de Vernonnet. Des CE1/CE2 qui, toute l’année, reçoivent un enseignement scientifique et spatial. Parler d’espace aux jeunes, une façon pour Vernon de perpétuer sa vocation de ville tournée vers les étoiles. « C’est d’ailleurs tout l’enjeu de la Communauté des Villes Ariane (CVA) à laquelle la municipalité, membre fondateur, a réadhéré en 2016 », souligne Hervé Herry, maire-adjoint et représentant de Vernon au sein de cette association.

VD122-focus-reperes

Chaque année, la CVA organise un échange et des vacances scientifiques à destination de plusieurs collégiens et lycéens des villes membres. Des communes qui, en 2023, orbiteront autour de Vernon, présidente de l’association pour un an. Le Campus de l’Espace devrait, logiquement, accueillir l’université d’été de la CVA. En attendant, la ville s’est lancée dans un projet original : la construction d’une maquette au 1:10e de lanceur Ariane. Pendant 2 ans et demi, 125 jeunes des lycées professionnels Dumézil et Jean Moulin, de l’ITII-Normandie et du CFA d’Evreux, ont travaillé dessus. Désormais achevée, la maquette prendra place sur le rond-point de Vernonnet à la rentrée.

Une fin d’année en orbite

La fin de l’été et l’automne sont, d’ailleurs, des temps forts pour les amoureux des étoiles. En 2021, la 4e édition d’« Espace dans ma Ville » aura lieu en août. Cet événement, porté par les centres sociaux en partenariat avec le CNES, la CVA et l’association Planète Sciences, fait découvrir le spatial aux 8-15 ans pendant une semaine. Au menu : construction de robots, micro-fusées et parcours GPS. Un peu plus tard, les 8 et 9 octobre, les passionnés pourront remettre le couvert grâce à la 1re édition de Star’s Up. Ce festival, subventionné par la mairie, initiera de façon ludique les habitants à tous les aspects du spatial via des conférences, des expositions et des visites guidées. De quoi apprendre un maximum avant l’apothéose de 2023. Le compte-à-rebours a commencé !

3 questions à

Herve HerryHervé Herry

Maire-adjoint en charge de la qualité du service public, de la ville numérique et de la mémoire combattante

Pourquoi est-ce primordial de valoriser l’identité spatiale vernonnaise ?
Toutes les villes ne peuvent pas s’enorgueillir d’être un lieu où l’on imagine les moteurs de fusées. Vernon fait partie de ces endroits où est née la conquête spatiale. C’est une spécificité que nous devons mettre en valeur. En effet, sans technologie, on ne peut effectuer de vols, l’innovation est le nerf de la guerre. Valoriser notre identité spatiale, c’est souligner que Vernon est un territoire d’excellence sur les plans scientifique et technique. C’est également un facteur d’attractivité pour notre commune.

Aujourd’hui, l’aérospatial fait-il partie intégrante du patrimoine ?
Oui, cela fait partie de notre histoire industrielle. Le spatial correspond à une avancée technique et économique qui se manifeste dans notre quotidien. Sans lui, pas de GPS, par exemple. D’ailleurs, l’Armée de l’air et de l’espace est actuellement en pleine réflexion sur le patrimoine spatial. Cela pourrait, éventuellement, se concrétiser dans un musée annexe à celui du Bourget.

Quels sont les enjeux de l’espace pour une ville comme Vernon ?
Très concrètement, l’industrie spatiale représente un grand nombre d’emplois. ArianeGroup est le plus grand employeur de la ville avec 1 200 salariés. C’est une locomotive qui tire dans son sillage tout un tissu d’entreprises, petites, moyennes ou de taille intermédiaire. Cela représente un levier économique d’envergure et un certain nombre d’emplois hautement qualifiés. Mais également un débouché pour nos jeunes, c’est pourquoi de nombreuses activités leur permettent de découvrir l’espace. Le spatial, c’est la convergence du savoir, de l’économie et de la formation.

Partager cet article

Laisser un commentaire