Le kiosque à musique

Publié le5 juillet 2017 » 1167 Views»

Construit dans les années 1920, le kiosque à musique de Vernon abrite parfois les concerts en hommage à nos soldats et héros de guerre, notamment lors des commémorations historiques. En dehors de ces célébrations, le kiosque reste bien souvent vide de musiciens. Retour sur la construction de cet ouvrage, bientôt centenaire.

Depuis presque cent ans, le kiosque fait parti du paysage vernonnais.

Depuis presque cent ans, le kiosque fait parti du paysage vernonnais.

L’idée de la construction d’un kiosque à musique place de la République, a été lancée lors de la séance du conseil municipal du 6 octobre 1879. Finalement, c’est une simple estrade de bois qui est réalisée quatre ans plus tard, en juillet 1883.

En 1921, de nouvelles pistes sont explorées, dans l’idée de construire un édifice original. La ville de Saint-Mandé (Val-de-Marne) propose son ancien kiosque, un ouvrage de forme octogonale, en fonte et fer forgé avec une couverture en zinc. Elle demande un prix de 100 000 francs anciens (ce qui en euros avec l’inflation, représenterait  la somme de 109 636 €). L’autre possibilité consiste à faire réaliser un édifice par « Les forges et ateliers de la Fournaise » à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Le devis s’élève alors à 70 000 francs anciens (76 745 €). C’est moins onéreux que la première option, cependant la municipalité n’est à l’époque pas prête à investir de telles sommes.

En septembre 1922, M. Coutard, cimentier spécialiste, dépose en mairie une maquette de son projet de kiosque. Plus de fonte ni de fer forgé mais du ciment armé pour ce qu’ils appelaient cet « ouvrage d’art en rocaille ». L’offre est acceptée.
Le 7 mars 1923, le conseil municipal se déplace sur la place de la République afin de sélectionner le meilleur emplacement pour l’édification de ce kiosque « rustique en ciment armé imitation bois agrume et écorsé ». Les travaux coûteront à la municipalité 27 835 francs, soit l’équivalent de 42,50 €. Un an plus tard, des plantations viendront parachever l’œuvre.

À noter que la lyre qui couronnait avec élégance la pointe de la toiture, a disparu quelques temps plus tard. De nos jours, c’est peut-être l’absence de cet instrument sur l’ouvrage qui fait que trop rarement la musique n’égaye le kiosque. À bon entendeur…

Le saviez-vous ?

Dans les années 1920, la place autour du kiosque était entièrement engazonnée.
C’était le terrain de jeu préféré des petits Vernonnais, qui s’y rendaient en famille l’été pour pique-niquer, notamment. La place faisait alors office de square ; un espace de verdure apprécié à l’époque mais qui avait tout à envier à nos actuelles berges de Seine…

Partager cet article

Laisser un commentaire