1ère Guerre Mondiale : Histoires de Poilus

Publié le4 novembre 2016 » 1341 Views»

 

Dans le cadre de la grande collecte de 2014, les Archives municipales de Vernon ont recueilli sous forme de prêts ou de dons divers documents et témoignages sur la Grande Guerre. Découvrez, grâce aux lettres, photographies, journaux, cartes postales, décorations et papiers militaires, les témoignages de Poilus.

Pour mieux cerner la vie de ces hommes, les Archives municipales ont effectué des recherches dans les registres de matricules, les journaux de marches et d’opérations, étudié l’histoire des hôpitaux et des décorations militaires. Seule l’histoire du soldat Cuntz, né à Scheigen, demeure un mystère. Personne ne peut déchiffrer sa correspondance, rédigée en patois allemand. Avis aux amateurs…

André Legendre, annexe de l’hôpital de Bar-le-Duc, 1918 © Archives municipales

Parmi les histoires de Poilus vernonnais, notons celle d’André Albert Legendre. Né à Vernon le 16 août 1896, il exerce le métier de jardinier et habite rue Sainte-Catherine. Le 11 avril 1915, il intègre le 28ème Régiment d’Infanterie. Il rejoint ensuite le 53ème Régiment d’Infanterie l’année suivante.

Soldat décoré

Le 26 avril 1918, il reçoit la croix de guerre avec une étoile d’argent pour la citation à l’ordre de la division : «  Soldat mitrailleur d’un courage hors de pair. S’est particulièrement distingué le 3 avril 1918 pendant une de nos contre-attaques et pendant la journée du 4 avril 1918 en se maintenant sur sa position de tir malgré le violent bombardement précédant une attaque ennemie. »

Durant ses mobilisations, le militaire envoyait quelques cartes postales que les archives municipales ont pu numériser. Des photos montrent André Legendre aux côtés de ses camarades de régiment ou à l’hôpital Exelmans, l’annexe de l’hôpital central de Bar-le-Duc (Meuse) suite à son intoxication par gaz lors de combats en Champagne le 4 septembre 1918. Il gardera des séquelles toute sa vie, à savoir un léger emphysème (maladie pulmonaire) et une laryngite chronique.

Mis en congé illimité de démobilisation par le 28ème RI le 20 septembre 1919, il décède à son domicile le 25 décembre 1964.

Une histoire de famille

Son frère aîné, Jules Eugène Legendre, né à Vernon le 16 septembre 1893, a lui aussi été décoré. Il reçoit la croix de guerre avec étoile de bronze le 12 août 1918 (citation à l’ordre du régiment) et obtient le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre. Cette décoration récompense une unité militaire qui a été citée 2 ou 3 fois.

Les frères Legendre

Arrivé au corps et cavalier de 2ème classe le 26 novembre 1913, il part en campagne le 7 août 1914. Il passe à la 22ème compagnie du 211ème Régime d’Artillerie. Puis le 1er décembre 1917, Jules est intégré au 117ème Régiment d’Artillerie Lourde. Il est placé en sursis d’appel le 16 juillet 1919 jusqu’au 30 septembre 1919 en qualité de cultivateur à Bizy, car la campagne vernonnaise a besoin de bras. Finalement, il sera mis en congé illimité de mobilisation avant le 7 septembre 1919. Il décédera à son domicile le 30 septembre 1972.

Plus d’infos : www.vernon27.fr/la-ville/histoire-de-vernon/archives-municipales
Cliquer sur 1914-2014 : grande collecte

Les Archives municipales sont situées à l’hôtel de ville. Ouvertes du lundi au vendredi de 13h30 à 17h30. Consultation sur place possible avec pièce d’identité obligatoire.

Partager cet article

Laisser un commentaire