Mon centre-ville, mes commerces

Publié le7 novembre 2016 » 3736 Views»
Le centre-ville de Vernon est pourvu de commerces très variés. On peut y faire ses courses alimentaires mais aussi du shopping, prendre un café en terrasse, déguster une pâtisserie à l'heure du goûter... ou préparer sa liste de Noël, comme cette petite fille.

Le centre-ville de Vernon est pourvu de commerces très variés. On peut y faire ses courses alimentaires mais aussi du shopping, prendre un café en terrasse, déguster une pâtisserie à l’heure du goûter… ou préparer sa liste de Noël, comme cette petite fille.

Véritable centre commercial à ciel ouvert, le centre-ville de Vernon compte pas moins de 248 boutiques. Des commerces de proximité, reconnus pour leur savoir-faire, leur professionnalisme et leur accueil. Une virée shopping, ça vous tente ?

Traiteurs, fromageries, bijouteries, horloger, fleuristes, boutiques vestimentaires, papeteries… Vernon est riche d’une offre commerciale importante. « Selon une étude réalisée en 2015, l’hypercentre s’appuie sur 248 commerces. Le centre-ville est dynamique, il propose une diversité commerciale importante et de qualité », affirme Johan Auvray, maire adjoint en charge de la dynamisation des commerces. C’est pour cette raison que Vernonnais et habitants des communes alentours lui sont fidèles (voir micro-trottoir page 8). «  Pour qu’un centre-ville soit dynamique, la mairie et les commerçants doivent jouer le jeu, mais il y a aussi les consommateurs. Êtes-vous attachés à votre ville ? Si oui, vous avez un rôle à jouer en privilégiant les commerces vernonnais », ajoute l’élu.

Un savoir-faire de qualité

L'atelier d'encadrement de Jean-Yves Foucher existe depuis plus d'un demi- siècle.

L’atelier d’encadrement de Jean-Yves Foucher existe depuis plus d’un demi- siècle.

Parmi ses nombreux commerçants, Vernon compte des artisans qui font le bonheur des clients à la recherche d’un savoir-faire particulier. L’Atelier Foucher est l’un des deux encadreurs de la ville. Réputé pour son professionnalisme depuis plus de 30 ans, Jean-Yves Foucher a su fidéliser sa clientèle. « Je suis assez connu en encadrement, du coup, mon commerce tient. J’ai même une clientèle parisienne. » Il se veut polyvalent. « Je travaille les cadres anciens et contemporains, je fais du sur-mesure, retends les toiles… »

Des commerces qui s’adaptent

Marie-France et Daniel Mercier sont les gérants du salon de coiffure Adam et Eve depuis 37 ans. « La clientèle a beaucoup évolué sur Vernon », relate Marie-France Mercier. L’offre également. « En 1970, Vernon et Saint-Marcel comptaient 19 salons de coiffure. Aujourd’hui nous sommes 45. » Chaque mois, des commerces ouvrent leurs portes ou sont rachetés ; ce qui participe au dynamisme du cœur de ville, et fait de Vernon une réussite en matière de commerces, par rapport à d’autres communes du même gabarit voire plus grandes encore. Cette vitalité doit être soulignée à l’heure où, en particulier du fait du développement de la vente en ligne (on compte aujourd’hui en France 167 000 sites marchands actifs, soit une hausse de 14% en un an), nombre de villes moyennes voient leur commerce péricliter et le taux de vacance se développer fortement.

La ville se mobilise

Depuis l’arrivée de l’équipe municipale et la mise en place du plan Cœur de ville 2020, de véritables efforts ont été réalisés pour consolider et développer le commerce, notamment en centre-ville. Si la redynamisation du centre ne peut se faire en un jour, elle passe par de nombreuses actions à plus ou moins grande échelle. En premier lieu, même si cela semble évident, cette vitalité passe par des rues propres et facilement praticables. Dans le même temps, le Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac), a contribué à embellir et moderniser certaines boutiques. La Ville a aussi mis en place un périmètre de sauvegarde : lors de la cession d’un commerce, elle bénéficie du droit de préemption et peut donc en faire l’acquisition. Cet outil permet de contrôler l’offre commerciale afin d’en assurer la diversité. Toujours dans l’optique d’une ville plus belle et plus attractive, mais cette fois à plus grande échelle, citons le plan Façades, mis en place par la Ville afin d’inciter les propriétaires du centre-ville à rénover leurs façades. Dans le même esprit, le lancement d’une fondation du patrimoine servira à restaurer et mettre en valeur les différents monuments vernonnais. Étroitement lié à la logique du commerce, le sujet du stationnement et de la mobilité fut également un des points dont la mairie s’est saisie dans sa volonté de dynamiser le centre-ville. En supprimant les voitures ventouses et en encourageant la rotation des véhicules, la ville permet à chacun de profiter comme bon lui semble d’un cœur de ville plus simple et plus moderne.

Le stationnement simplifié pour vos achats

En profitant de la demi-heure de gratuité de stationnement, les clients peuvent réaliser leurs courses gratuitement dans la journée ou bien dès 18h. Michèle, habitante du quartier de Bizy, est une habituée de la demi-heure de gratuité pour ses achats en journée : « Je me gare au plus près des commerces où je vais. » Situé dans la zone jaune limitée à 2h de stationnement, Jean-Yves Foucher, encadreur, apprécie le turnover depuis la mise en place de la nouvelle offre de stationnement. « Ce matin, la place qui se trouve devant mon magasin s’est libérée 5 ou 6 fois. C’est bien ça. » L’encadreur, comme de nombreux commerçants, déplore toutefois le comportement de certains commerçants et salariés qui se garent devant leur propre boutique, empêchant alors les clients de trouver de la place.

Des horaires élargis

Afin de satisfaire ses clients, le salon Adam et Eve a fait le choix d’élargir ses horaires d’ouvertures il y a bien longtemps. Ainsi, le vendredi et le samedi, le salon est ouvert en continu. « Les clients apprécient puisque le stationnement est gratuit entre 12h30 et 14h », analyse Marie-France Mercier. Comme le salon de coiffure, Monoprix a étendu ses horaires pour répondre aux besoins des consommateurs. « Beaucoup de Vernonnais commencent leur journée tôt et finissent tard. Certains prennent le train au quotidien, nos horaires leur correspondent  », commente Mickaël Portois, directeur du Monoprix de Vernon. Arrivé en septembre, il a été agréablement surpris par le dynamisme du centre-ville. « Étant originaire de Louviers, je fais le parallèle. Je trouve que Vernon est une ville en mouvement, avec beaucoup de monde, de voitures, des places de parkings. » Les nombreux commerces de bouche ne l’effraient pas, bien au contraire. « Nous nous complétons. Les clients peuvent se faire plaisir en achetant une viande chez le boucher puis en complétant leur repas à Monoprix. »

Faire ses courses le lundi à Vernon, c’est possible !

« De nombreux commerces sont ouverts le lundi en centre-ville. Il est tout à fait possible de faire ses courses ce jour-là. Et en plus, le stationnement est gratuit le lundi », souligne Johan Auvray.


Internet, la nouvelle vitrine des commerces

Si la plupart des restaurants sont déjà recensés sur le site internet TripAdvisor, certains commerces
de proximité (Rose, la Papét…) ont choisi de s’afficher sur les réseaux sociaux. En partenariat avec la CCI, des ateliers sont proposés aux commerçants sur l’usage des réseaux sociaux. De son côté, Monoprix propose un service de livraison à domicile. Le client peut effectuer ses courses en ligne. « L’e-commerce représente 6% de notre chiffre d’affaires », confie le directeur
de l’établissement vernonnais.


c-lecerf-_2Cyril LECERF

Responsable Département Appui Entreprises à la cCI Portes de normandie

Quel regard portez-vous sur les commerces du centre-ville ?

Il y a à Vernon un vrai pôle commercial de centre-ville dans un cadre agréable offrant de nombreux circuits pour les clients, des parkings à proximité, une offre diversifiée. Les bases pour le développement du commerce sont réunies. Les actions engagées pour améliorer le confort client vont dans le bon sens : temps d’accès au centre-ville, qualité des façades, propreté, services. Il faut accélérer !

À quels défis doivent faire face les commerces des centres-villes ?

Les commerçants relèvent de nombreux défis, en particulier ceux de la concurrence et du web. Ne pas exister sur la toile revient souvent à ne pas exister du tout. La CCI propose de nombreux temps forts et ateliers sur ce thème. J’évoquerai aussi le défi du collectif. Ensemble, les 250 commerces de Vernon peuvent valoriser leur originalité, offrir des services. Jouons collectif !

La CCI a lancé cette année « Bienvenue en Normandie », de quoi s’agit-il ?

Bienvenue en Normandie rassemble les commerçants et professionnels du tourisme les plus dynamiques. Ils sont déjà 50 à Vernon et plus de 600 en Normandie. La CCI les aide à améliorer leur accueil et assure leur promotion via le web et les réseaux sociaux.


 

img_9838_2

Renée, 81 ans, habitante du quartier de Bizy :

« Avec mon mari, nous faisons nos courses alimentaires en centre- ville tous les matins. Nous y allons à pied, ça nous fait marcher. Nous achetons du pain, de la viande, du fromage… dans les petits commerces et nous allons sur le marché. J’ai mes commerçants attitrés. Ils sont de très bonne qualité́, ce n’est pas la même chose qu’en grande surface. Et en plus, ils ont le sourire. »

img_9863

Michel, 69 ans, habitant des Yvelines :

« J’habite plus près de Mantes-la-Jolie mais je préfère venir à Vernon pour mes achats. Et cela depuis 1981, quand j’ai commencé à aller chez le coiffeur rue du Soleil, dont je sors tout juste. À Vernon, je vais à Digital, l’armurerie Faget et à la Mie Câline. Les commerçants sont sympas. Je regrette la Maison de la Presse, j’aimais bien y acheter des magazines. De temps en temps, je viens au marché le samedi avec ma femme ou ma fille. »

img_9861Diane, 43 ans, habitante du quartier de Gamilly :

« Je fréquente trois boulangeries différentes à Vernon et une pharmacie, où j’achète des produits homéopathiques, et je fais souvent mes courses à Monoprix. Je trouve que le centre-ville est bien pourvu. J’ai habité Gaillon, il n’y avait pas grand chose là-bas ! En revanche je ne vais plus dans certaines boutiques d’habillement à Vernon, j’ai été déçue car les vendeuses me laissaient en plan quand une autre cliente arrivait. »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire