Publié le14 décembre 2016 » 2519 Views»

Les associations caritatives, au chevet des plus démunis

Chaque vendredi après-midi, les bénévoles de Saint-Vincent de Paul distribuent les paniers alimentaires aux personnes dans le besoin. Ils sont une quinzaine à œuvrer au sein de l'association.

Chaque vendredi après-midi, les bénévoles de Saint-Vincent de Paul distribuent les paniers alimentaires aux personnes dans le besoin. Ils sont une quinzaine à œuvrer au sein de l’association.

Sept associations soutiennent les plus démunis à Vernon en leur apportant une aide alimentaire, matérielle ou vestimentaire. Accompagnées par la municipalité, elles effectuent un travail remarquable auprès des personnes en difficulté.

La campagne hivernale des Restos du Cœur a commencé il y a quelques semaines au 20 boulevard Georges-Azemia. Cette année, 171 familles bénéficient de l’aide de l’association à Vernon. Une à deux fois par semaine, elles s’approvisionnent gratuitement en lait, conserves, yaourts, fruits, légumes, produits d’hygiène… grâce à la générosité des magasins partenaires et des particuliers. « La pauvreté s’accroît. Le nombre de bénéficiaires sera probablement en légère augmentation comparé à l’année précédente d’ici la fin de la campagne hivernale », déplore Colette Arnault, responsable du centre de Vernon.

Cette année, les Restos du Cœur bénéficient d’une salle supplémentaire de 40 m mise à disposition par la mairie. « Elle nous permet de conserver notre stock. Nous y avons aussi installé un bureau pour plus de confidentialité. » Grâce à ce gain de place, un espace convivial a pu être aménagé. « Nous avons pour priorité de réserver à chaque famille un accueil respectueux et chaleureux. »

Une participation symbolique

« Le soleil ne se couche jamais à Saint- Vincent de Paul, nous sommes ouverts toute l’année », précise Patrick Aimé, le président de l’association. Installée rue d’Albufera, Saint-Vincent de Paul s’acquitte chaque mois de son loyer : « Heureusement que l’on a les subven- tions de la mairie. Sans cela, on ferme. » Chaque mardi matin, les plus démunis viennent s’inscrire entre 8h30 et 10h30 auprès de l’association a n de béné cier d’un colis alimentaire le vendredi. « Nous aidons près de 70 familles. Nous leur demandons une participation minimale car tout n’est pas gratuit dans la vie. Cela va de 1,50 à 6 euros en fonction du nombre de per- sonnes. Un colis leur dure deux ou trois jours. »

Deux fois par an, l’association participe à une grande collecte organisée par la Banque alimentaire. Celle-ci leur distribue ensuite des aliments durant l’année. Les bénévoles de Saint-Vincent de Paul peuvent aussi compter sur Intermarché à Saint-Marcel, qui approvisionne l’association deux fois par semaine. Depuis le 4 février dernier, une loi ayant pour objectif la lutte contre le gaspillage alimentaire empêche les grandes surfaces de jeter de la nourriture. L’association récupère également du mobilier, qu’elle revend à des prix très symboliques. Un partenariat permet d’orienter les bénéficiaires qui ont besoin d’aide pour les formalités administratives ou l’alphabétisation vers le Secours Catholique.

Une collecte spéciale Noël

Les vendredi 16 et samedi 17 décembre, les bénévoles du Secours Populaire Français de Vernon participeront à une grande collecte auprès des clients des magasins Carrefour et Monoprix. Cécile Fournier, responsable de l’antenne vernonnaise, qui compte une vingtaine de bénévoles, détaille : « Nous souhaitons offrir aux bénéficiaires un repas de Noël. Ainsi, nous faisons appel aux dons pour des produits comme de la terrine, du saumon, des pommes de terre, des bûches de Noël, des clémentines, du coq au vin… »

Le Secours Populaire est aussi, à la recherche de jouets à offrir aux enfants à Noël.
Une soixantaine de familles bénéficie du soutien du Secours Populaire Français dont les antennes sont situées aux Boutardes et aux Valmeux. Cécile Fournier regrette que la pauvreté ne soit plus seulement d’ordre matériel mais d’ordre alimentaire. « Nous devrions apporter une aide ponctuelle au public sur quelques colis. À raison d’une fois par semaine, le public vient parfois pendant un ou deux ans. »

Depuis février 2016, l’association Jeunesse et Vie, fortement soutenue par la ville, porte l’épicerie sociale située au Foyer des Jeunes Travailleurs. Les familles y sont orientées par les partenaires du territoire à partir d’un dossier précisant la situation de la famille, son budget et son projet.


3 questions à Bernard Porquerel

Président de l’association de Vernonnet pour l’accueil et le partage (Avap)

Quelles sont les différentes activités de l’AVAP ?

La principale activité est la distribution de colis alimentaires aux habitants de Vernonnet. Une fois par semaine, nous accueillons 54 familles soit environ 180 personnes. En 2015, nous avons redistribué
2,5 tonnes de nourriture. Nous avons également un vestiaire.

Quel rôle jouent les bénévoles au sein de l’AVAP ?
Nous comptons une douzaine de bénévoles. Ils se déplacent à la banque alimentaire ou collectent des denrées auprès de certains commerces partenaires. Ils sont présents lors de la distribution des colis aux bénéficiaires le mardi après-midi et au sein de notre vestiaire. Les personnes qui souhaitent devenir bénévoles sont les bienvenues. Il faut aimer le contact avec les gens.

Comment êtes-vous devenu vous-même bénévole ?

Je connaissais l’ancien président. Lorsque j’ai pris ma retraite, il m’a demandé si je pouvais venir l’aider une heure ou deux dans la semaine. Aujourd’hui je m’investis au quotidien.


Associations caritatives : La municipalité à l’écoute

C’est main dans la main que les associations caritatives vernonnaises et la collectivité répondent au besoin du territoire et de ses habitants.

La mairie organise régulièrement des réunions thématiques auprès des associations caritatives.

La mairie organise régulièrement des réunions thématiques auprès des associations caritatives.

Afin de faciliter le travail des associations caritatives vernonnaises, des réunions de coordination sont régulièrement organisées par la municipalité depuis le début du mandat. « Lors des premières rencontres avec les associations d’aide alimentaire, nous avions été étonnés de voir à quel point elles étaient plus ou moins ignorées, nous nous sommes engagés à favoriser le dialogue sous toutes ses formes et à ajuster le soutien municipal à leurs besoins réels », indique Sébastien Lecornu.

Les réunions portent sur des thèmes comme le logement, les subventions municipales ou départementales, la formation des bénévoles… Leur but : permettre aux associations de prendre pleinement connaissance des dispositifs existants. En plus de cet accompagnement, la ville pérennise les subventions aux associations caritatives.

Un guide à destination des professionnels

Si les associations caritatives se connaissaient déjà à Vernon, elles n’avaient pas forcément l’habitude de se côtoyer.
« Elles avaient un besoin de coordination. Nous les avons aidées à réaliser un guide à destination des associations caritatives et des professionnels. Il permet une meilleure orientation du public », affirme Catherine Gibert, maire-adjointe en charge des affaires sociales. Une fiche d’orientation unique a également été créée.

Mise à disposition de moyens

La municipalité accompagne actuellement les projets de réimplantation des Restos du Cœur (déjà hébergés par la Ville) et du Secours Populaire. La collectivité met ponctuellement et gratuitement des véhicules à la dis- position des associations caritatives. Ils les aident à réaliser leurs différentes collectes auprès de la banque alimentaire d’Évreux ou des différents supermarchés qui les fournissent.


Appel aux dons

AVAP, Restos du Cœur, Saint-Vincent de Paul, Secours Catholique, Secours Populaire français et Solidarité partage… toutes ces associations ont besoin de vous. En fonction de leurs activités, les associations caritatives vernonnaises acceptent les dons alimentaires, vestimentaires ou de mobiliers mais aussi les dons nanciers. Comme le veut la loi, un don nancier auprès d’une ou plusieurs associations caritatives (organisme d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique) ouvre droit à une réduction d’impôts de 66% (par exemple, pour 100 € de don, vous ne paierez en réalité que 34 €, car vous pourrez déduire 66 € de votre montant d’impôts). Retrouvez les coordonnées des associations dans le guide qui leur est dédié.

www.vernon27.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire